Collections de documents électroniques
RECHERCHER

Étude des variations spatiales et temporelles du phytoplancton en mer de Beaufort : biomasse, production et structure de taille des communautés

Brugel, Sonia (2009). Étude des variations spatiales et temporelles du phytoplancton en mer de Beaufort : biomasse, production et structure de taille des communautés. Thèse. Rimouski, Québec, Université du Québec à Rimouski, Institut des sciences de la mer de Rimouski, 179 p.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (11MB)

Résumé

Cette thèse de doctorat est consacrée à l'étude des variations spatiales et temporelles du phytoplancton du sud-est de la mer de Beaufort, comprenant le plateau continental du Mackenzie et le golfe d'Amundsen, au cours de la période libre de glace. La communauté phytoplanctonique a été caractérisée par la biomasse, la production primaire et la structure de taille du phytoplancton <20 )lm. En automne en 2002 et 2003, la biomasse phytoplanctonique et la contribution des cellules >5 )lm étaient plus élevées dans le golfe d'Amundsen que sur le plateau continental du Mackenzie. Au début de l'automne 2003, la communauté phytoplanctonique du golfe d'Amundsen présentait les caractéristiques d'une efflorescence automnale, qui aurait possiblement culminé à la fin du mois de septembre. Les proportions élevées de production primaire par rapport à la biomasse et la dominance générale des cellules <5 )lm suggéraient que la production automnale en mer de Beaufort était entretenue par un recyclage actif. En automne 2003, la diminution de la biomasse phytoplanctonique et de la production primaire au cours du temps était probablement due à la diminution de la disponibilité en lumière. Au printemps et en été 2004, les différences de distIibution spatiale étaient également marquées. En juin, la communauté phytoplanctonique était dans une situation de pré-bloom dans le sud du golfe d'Amundsen, et en situation de post-bloom au centre du golfe, en raison de l'ouverture précoce de la polynie du Cap Bathurst. Dans le golfe d'Amundsen, la biomasse chlorophyllienne, ainsi que la contribution des cellules >5 )lm, restaient faibles du printemps à l'été. Par contre, sur le plateau continental du Mackenzie, les phénomènes d'upwelling liés au vent et l'extension du panache des eaux du fleuve Mackenzie favorisaient la production phytoplanctonique, en augmentant la biomasse chlorophyllienne due aux cellules >20 !lm et l'export potentiel de production primaire en profondeur. En général, les proportions élevées de production primaire par rapport à la biomasse, ainsi que l'absence d'accumulation de cellules >5 !lm dans le golfe d'Amundsen, suggéraient une forte pression de broutage sur le phytoplancton et un recyclage actif. Dans le golfe d'Amundsen, la production primaire annuelle a été estimée à 21 g C m-2 a- l . Cette faible valeur résulte probablement d'une sous-estimation liée à l'extrapolation, mais également du faible niveau hivernal de nitrates, qui pré-conditionnait vraisemblablement faible production phytoplanctonique annuelle. La structure de taille du phytoplancton <20 !lm a été étudiée en automne 2003 et au printemps et en été 2004. Le picophytoplancton «3 !lm) dominait le phytoplancton <20 !lm en abondance pendant toutes les saisons. Dans le golfe d'Amundsen, le picophytoplancton répondait plus rapidement que le nanophytoplancton au retrait printanier des glaces. De plus, les conditions de retrait des glaces modelaient la structure de taille du phytoplancton <20 /lm. En outre, en été, la circulation et la fonte de glace mobile favorisaient la croissance du pico- et du nanophytoplancton de 3-10 !lm. En automne, la diminution de la disponibilité en lumière était probablement responsable de la chute de l'abondance du phytoplancton <20 /lm. Sur le plateau continental du Mackenzie, le phytoplancton <20 /lm était dominé, au large, par le picophytoplancton en été et en automne, alors que, près de la côte, le picophytoplancton était moins dominant en été qu'en automne. Le panache des eaux du fleuve Mackenzie était probablement une source de cellules de plus grande taille en été (nanophytoplancton) qu'à la fin de l'automne (pico- et nanophytoplancton de 3-10 /lm). En général, les cellules picophytoplanctoniques étaient fortement retenues dans les eaux de surface, et entretenaient probablement un réseau trophique microbien très actif. Cette étude souligne l'importance des cellules phytoplanctoniques de petite taille «3-5 /lm) dans le réseau trophique de la mer de Beaufort. Ces cellules dominaient la biomasse et la production pour la plus grande partie de la période libre de glace, notamment dans le golfe d'Amundsen où la dynamique du couvert de glace semble être le principal facteur de variations spatio-temporelles. Par contre, sur le plateau continental du Mackenzie les apports d'eaux douces du fleuve Mackenzie et les phénomènes d 'upwelling le long du talus continental favoriseraient épisodiquement la production de cellules phytoplanctoniques de grande taille.

Type de document: Thèse ou Mémoire (Thèse)
Directeur de mémoire/thèse: Demers, Serge
Co-directeur(s) de mémoire/thèse: Nozais, Christian
Informations complémentaires: Thèse présentée à l'Université du Québec à Rimouski comme exigence partielle du programme de doctorat en océanographie. Publié aussi en version papier.
Mots-clés: Phytoplancton Mer Beaufort Biomasse Production Structure Taille Communaute Variation Spatial Temporel
Départements et unités départementales: Institut des sciences de la mer de Rimouski (ISMER) > Océanographie
Déposé par: DIUQAR UQAR
Date de dépôt: 08 févr. 2011 14:31
Dernière modification: 08 févr. 2011 14:31
URI: http://semaphore.uqar.ca/id/eprint/109

Actions (Identification requise)

Dernière vérification avant le dépôt Dernière vérification avant le dépôt