Collections de documents électroniques
RECHERCHER

Repenser l'innovation hors métropole : l'action publique dans le secteur bioalimentaire

Fortin, Marie-José (dir.) et Handfield, Mario (dir.) (2016). Repenser l'innovation hors métropole : l'action publique dans le secteur bioalimentaire. [Monographie]

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (1MB) | Prévisualisation

Résumé

Avant-propos, Bruno Jean, Université du Québec à Rimouski -- Le présent ouvrage rassemble des textes qui illustrent les liens nouveaux entre deux domaines traditionnellement éloignés l’un de l’autre, soit l’étude des processus d’innovation, et plus particulièrement d’innovation sociale, et l’étude de notre système bioalimentaire. Car jusqu’à récemment, on ne peut pas dire que ce système était questionné et constituait encore moins un terreau propice pour l’innovation tant au niveau des pratiques culturales que des procédés industriels ou des produits. Nous sommes en train d’assister à ce qui ressemble à un véritable changement de paradigme en passant d’un système bioalimentaire à un autre, basé sur d’autres valeurs et d’autres finalités. Un nouveau modèle de développement agroalimentaire est en train de se mettre en place et plusieurs observateurs commencent à en rendre compte dans la littérature scientifique. Ce nouveau modèle s’inscrit au croisement de plusieurs préoccupations : le maintien du peuplement dans les zones rurales en dévitalisation, la production d’une alimentation saine et de qualité et la pratique d’une agriculture à dimension humaine par des systèmes productifs agricoles moins intensifs et avec des intrants autoproduits. Le modèle de « développement agricole productiviste » serait ainsi en déclin. Ce modèle se caractérise par la généralisation des fermes spécialisées visant une production de masse, par une complexification du système avec des industries agroalimentaires en amont et en aval des exploitations agricoles. L’objectif du modèle agricole productiviste était d’assurer une production abondante, disponible partout et pour tous et aussi, à bon marché ; on a ainsi parlé de « cheap food policy », en synergie avec le modèle de développement fordiste impliquant une grande régulation étatique de l’agriculture et des marchés agricoles et alimentaires. Une nouvelle économie bioalimentaire est en pleine émergence depuis quelques décennies. Le comportement des consommateurs a changé ; ils sont à la recherche de la qualité alimentaire. La baisse des coûts de l’alimentation rend la qualité accessible à plusieurs couches sociales. De plus, la sensibilité écologique touche non seulement les consommateurs urbains voulant « manger local » mais aussi les producteurs agricoles. Les systèmes de régulation étatique des marchés agricoles sont mis à mal ou démantelés avec l’adhésion des États aux nouvelles règles visant la libéralisation du commerce international. Dans ce contexte, on voit apparaître de nouvelles stratégies des producteurs agricoles pour générer et capter de la valeur ajoutée avec leur production. Cette évolution dessine les contours d’un nouveau mode de régulation, celui du développement territorial, soit un développement basé sur la mise en valeur du patrimoine naturel et des spécificités locales. Ces stratégies développées par certains entrepreneurs du domaine bioalimentaire s’apparentent très clairement à de l’innovation, considérée par les théories dominantes du développement économique comme le principal moteur de la création de richesse. Or ces mêmes théories postulent par ailleurs que seuls les grands ensembles urbains sont capables de générer l’innovation car ils attirent une classe créative, selon l’expression consacrée par Richard Florida, avec un haut niveau de formation ou de scolarité et un esprit ouvert au changement. Ainsi dans les représentations actuelles de l’innovation, les populations rurales ne font pas partie de la « classe créative ». Pourtant, l’histoire des communautés rurales du Québec, tout comme les exemples dans le présent ouvrage, montre que les ruraux ont été depuis longtemps, et sont encore de nos jours, une classe créative. Leurs innovations se manifestent dans les trois grandes dimensions du développement durable : aménager les environnements naturels, créer des instruments ou des institutions pour le développement économique et finalement, organiser la vie sociale. L’économie des régions rurales est basée sur les ressources naturelles. Étant donné la tendance des implantations industrielles à se déplacer des villes vers les zones rurales, il n’est pas surprenant de voir des innovations rurales en agriculture. Mais de nouvelles formes d’agriculture produisant de nouveaux produits dits « de qualité » contribuent à la reconnexion des habitants des villes avec les agriculteurs pratiquant une « agriculture soutenue par la communauté ». Cette nouvelle agriculture qui met l’emphase sur des produits biologiques ou de spécialité prend de plus de place dans l’espace rural. Dans certaines régions délaissées par l’agriculture conventionnelle, ou productiviste, cette nouvelle agriculture « du terroir » est en train de faire revivre l’économie locale. Cette nouvelle économie bioalimentaire soulève toutefois plusieurs questions. Est-ce un phénomène marginal, transitoire, un signe d’adaptation ou les premiers signes d’une mutation profonde de l’économie ? Un système agroalimentaire qui offre l’abondance, des bas prix et maintenant la qualité, estce possible ? Une nouvelle perspective d’occupation du sol et de revitalisation des campagnes émerge-t-elle avec ce nouveau mode de régulation ? Existe-t-il des limites au processus de qualification ou spécification des produits par leur territoire de production ? Dans une telle agriculture, comment organiser la R&D bioalimentaire et l’encadrement technique ? Est-ce que cette nouvelle forme d’agriculture postfordiste pourra se passer facilement du traditionnel soutien étatique ? Nos propres recherches, tout comme celles dont le présent ouvrage fait état, nous ont conduit à établir un certain nombre de constats. Premièrement, le développement de l’agroalimentaire en régions périphériques doit favoriser une utilisation optimale des ressources naturelles avec la reconnaissance de la multifonctionnalité agricole. Deuxièmement, les politiques de soutien à l'agriculture sont de moins en moins performantes pour faire face aux objectifs du développement rural durable. Dans un tel contexte, il faut une nouvelle politique agricole prenant en compte les dimensions économiques, sociales et environnementales de notre système bioalimentaire. Finalement, étant donné le nouveau rôle du territoire dans la production agroalimentaire, les régions, les MRC et les municipalités devront élaborer de nouveaux outils d’intervention à l’échelle locale et régionale, outils qui favoriseront une plus grande capacité d’action dans le domaine agricole et agroalimentaire. Une agriculture en harmonie avec la terre et des citoyens qui manifestent un intérêt pour les marchés locaux peuvent revaloriser les potentialités agro-écologiques et renouveler les termes du contrat social entre les producteurs agricoles et le reste de la société.

Type de document: Monographie
Informations complémentaires: Tendances et débats en développement régional ; no 14 -- ISBN 9782923711881 (version imprimée) -- ISBN 9782923711898 (version électronique)
Mots-clés: Action Agent Agriculture Alimentation Bioalimentaire Changement Developpement Economie Ferme Industrie Innovation Local Publique Region Regional Rural
Départements et unités départementales: Groupe de recherche interdisciplinaire sur le développement territorial, de l'Est du Québec (GRIDEQ)
Déposé par: DIUQAR UQAR
Date de dépôt: 18 févr. 2016 15:44
Dernière modification: 18 févr. 2016 18:51
URI: http://semaphore.uqar.ca/id/eprint/1019

Actions (Identification requise)

Dernière vérification avant le dépôt Dernière vérification avant le dépôt