Collections de documents électroniques
RECHERCHER

Structure d'une communauté d'amphipodes Hyalella azteca et sa consommation des détritus organiques selon la saison dans la zone littorale d'un lac boréal

Téléchargements

Téléchargements par mois depuis la dernière année

Plus de statistiques...

Dionne, Kaven (2009). Structure d'une communauté d'amphipodes Hyalella azteca et sa consommation des détritus organiques selon la saison dans la zone littorale d'un lac boréal. Mémoire. Rimouski, Québec, Université du Québec à Rimouski, Département de biologie, chimie et géographie, 148 p.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (7MB)

Résumé

Dans la zone littorale des lacs, les macro-invertébrés benthiques sont un lien important
entre la matière organique détritique et les niveaux trophiques supérieurs tels que les
poissons et les oiseaux. Plusieurs facteurs reliés aux conditions environnementales, au type
de détritus et aux macro-invertébrés benthiques peuvent affecter les taux auxquels les
macro-invertébrés benthiques utilisent les détritus. Puisque plusieurs de ces facteurs varient
de façon saisonnière, on peut s'attendre à ce que les macro-invertébrés benthiques
modifient leurs taux de consommation sur les détritus selon la saison. Le but général de la
présente étude est de mieux comprendre la consommation des détritus par les macroinvertébrés
benthiques selon la saison en zone littorale lacustre. Pour ce faire, les
amphipodes du complexe d'espèces Hyalella azteca ont été utilisés au cours d'expériences
de laboratoire visant à mesurer leurs taux de consommation des détritus à différents
moments de la saison. Les amphipodes provenaient de la zone littorale du lac des Baies, un
lac tempéré de la province de Québec.
Afin d' interpréter et de replacer les résultats de ces expenences dans leur contexte
écologique, l'objectif du premier chapitre de ce mémoire a été de décrire la structure des
populations d'amphipodes pour la zone littorale du lac des Baies au cours de la saison libre
de glace. Cinq sites ont été échantillonnés une fois par mois de mai à novembre 2007. Les
amphipodes récoltés ont été comptés et identifiés morphologiquement à l' espèce, la
longueur de leur corps a été mesurée, leur âge approximatif a été estimé et leur sexe a été
déterminé. Presque tous les amphipodes ont été identifiés sur une base morphologique
comme appartenant au petit morphotype du complexe H. azteca. Les effectifs de
populations les plus importants ont été mesurés aux sites caractérisés par un courant faible
et un substrat sablonneux. Les résultats concernant le cycle de vie de Hyalella dans le lac
des Baies vont dans le même sens que ceux décrits pour d' autres lacs de régions tempérées.
Au mois de mai, les amphipodes sont peu nombreux et correspondent à des adultes nés
l'aimée précédente. Bien qu ' aucune reproduction n'ait pu avoir lieu au mois de mai, les
amphipodes sont plus nombreux au mois de juin, ce qui suggère l'arrivée de nouveaux
adultes par migration. Au mois de juillet, les effectifs d' amphipodes augmentent par
rapport au mois précédent et la population est surtout constituée de juvéniles. Le premier
événement de reproduction de l'année se produit probablement vers la fin du mois de juin
ou le début du mois de juillet et s'achève par la disparition de la cohorte d' adultes ayant
hiverné. Au mois d'août, les effectifs d' amphipodes augmentent toujours et les populations
sont constituées de juvéniles et d'adultes, ce qui suggère que les amphipodes de la première
cohorte de l'année ont atteint la maturité sexuelle. Au mois de septembre, les amphipodes
arrêtent de se reproduire lorsque les conditions physico-chimiques deviennent défavorables.
De fait, au mois d' octobre, on ne rencontre que des individus de grande taille. Au mois de
novembre, les effectifs chutent vraisemblablement du fait d'une mortalité massive des
amphipodes de la première cohorte de l'année et de la migration des amphipodes vers les
zones plus profondes du lac. Des biais ont également été observés dans les rapports des
sexes en faveur des femelles durant l'été pour une raison qui reste encore à explorer. En
l'état, l'étude décrite dans ce chapitre rend compte de la présence du petit morphotype de
H. azteca dans le lac des Baies, mais elle ne permet pas en soi de conclure sur l'existence
ou l'absence d' un complexe d'espèces cryptiques.
Hyalella azteca a longtemps été considéré sur la base de critères morphologiques comme
une seule espèce répartie à la grandeur de l'Amérique du Nord. Or, depuis la dernière
décennie, différentes analyses génétiques ont révélé qu ' il s' agit en fait d' un complexe d' au
moins sept espèces cryptiques pouvant vivre en sympatrie. Différentes espèces cryptiques
pourraient avoir des taux de consommation différents sur les détritus. À l 'heure actuelle,
l' espèce cryptique des amphipodes ne peut être identifiée qu' à l'aide de tec\miques
moléculaires nécessitant le sacrifice des individus. Toutefois, il est présumé que si les
abondances relatives de chaque espèce cryptique dans la communauté restent les mêmes
pour toute la saison, le facteur espèce cryptique devrait peu influencer les variations dans
les taux de consommation des détritus par les amphipodes. L'objectif du deuxième chapitre
de ce mémoire a été de vérifier si les différentes espèces d'amphipodes Hy alella de la zone
littorale d' un lac boréal peuvent occuper différentes niches temporelles à l'échelle d'une
saison ou si leur communauté est stable pour cette période. Pour ce faire , des amphipodes
ont été échantillonnés à un site une fois par mois durant la saison libre de glace. Des
analyses morphologiques et des analyses moléculaires à l'aide du gène mitochondrial de la
cytochrome c oxydase 1 (COI) ont été réalisées afin de distinguer les différentes espèces
cryptiques et de comparer l'abondance relative de chacune dans la communauté à chaque
mois. Les analyses moléculaires ont permis de détecter cinq haplotypes différents pour
COI, correspondant à trois espèces cryptiques différentes. Aucune succession temporelle
n' a été détectée entre les espèces cryptiques, alors qu ' une espèce a toujours été plus
abondante que les deux autres. Aucune différence morphologique n'a été détectée au cours
de la saison entre les espèces cryptiques. La communauté semblait stable au moins pour la
période libre de glace à la fois chez les amphipodes adultes et chez les juvéniles. Des
différences de niches écologiques restent encore à trouver entre ces espèces, mais plusieurs
observations suggèrent au moins que la migration d' individus à pa11ir d' autres sites du lac
pourrait être un facteur important dans le maintien des espèces plus rares au site à l' étude
au cours de l' année.
Enfin, l'objectif du troisième chapitre de ce mémoire a été de vérifier si les macroinvertébrés
benthiques de la zone littorale d'un lac boréal peuvent modifier leurs taux
d' ingestion et d'absorption sur les détritus en fonction du type de détritus et de la saison.
Pour ce faire, nous avons mesuré le taux d' ingestion spécifique, le taux d' absorption
spécifique et l'efficacité d'absorption d' amphipodes du complexe H. azteca en utilisant une
approche gravimétrique. Dans un premier temps, nous avons comparé ces taux entre des
détritus de différents types qui sont accessibles aux macro-invertébrés benthiques de la
zone littorale des lacs au cours de l'année: du périphyton et des feuilles de bouleau blanc et
d'aulne rugueux préalablement conditionnées. Dans un second temps, nous avons comparé
les taux spécifiques d'ingestion et d'absorption pour plusieurs mois de l'année en utilisant
des amphipodes récoltés sur le terrain auxquels nous avons fourni des feuilles
conditionnées de bouleau blanc et d'aulne rugueux . Le principal facteur affectant les taux
d' ingestion et d' absorption des détritus par les amphipodes serait le type de détritus. En
particulier, la résistance qu'offrent les détritus à l' ingestion des amphipodes semble plus
importante que la valeur nutritive des détritus. Les amphipodes ont aussi modifié leurs taux
d' ingestion et d'absorption au cours de la saison. Ces taux étaient plus importants aux mois
d'octobre et de septembre. Ces changements pourraient être associés avec les différents
stades de cycle de vie des amphipodes et/ou avec une réponse compensatoire des
amphipodes face à un changement dans la nourriture disponible dans leur milieu.

Type de document : Thèse ou Mémoire (Mémoire)
Directeur(trice) de mémoire/thèse : Nozais, Christian
Co-directeur(s) ou co-directrice(s) de mémoire/thèse : Charles, François
Information complémentaire : Mémoire présenté à l'Université du Québec à Rimouski comme exigence partielle du programme de maîtrise en gestion de la faune et de ses habitats. Publié aussi en version papier.
Mots-clés : Amphipode Hyalella Azteca Communaute Structure Taux Consommation Detritus Organique Saison Zone Littoral Lac Boreal
Départements et unités départementales : Département de biologie, chimie et géographie > Biologie
Déposé par : DIUQAR UQAR
Date de dépôt : 07 juill. 2011 15:29
Dernière modification : 06 sept. 2017 19:31
URI : http://semaphore.uqar.ca/id/eprint/408

Actions (Identification requise)

Dernière vérification avant le dépôt Dernière vérification avant le dépôt