Collections de documents électroniques
RECHERCHER

Réflexions sur le commerce équitable au Pérou

Téléchargements

Téléchargements par mois depuis la dernière année

Plus de statistiques...

Nunez Gorritti, Arnaldo Edgardo (2007). Réflexions sur le commerce équitable au Pérou. Mémoire. Rimouski, Québec, Université du Québec à Rimouski, Département sociétés, territoires et développement, 175 p.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (7MB)

Résumé

Ce mémoire cherche à analyser si le commerce équitable peut devenir une alternative pour
les producteurs de café péruviens. Dans ce but, nous avons étudié la « Centrale de
Coopératives Agraires Productrices de Café, COCLA N° 281 », une entreprise de la région
de Cuzco, au sud-est du Pérou . Cette coopérative est chef de file dans la production de
café biologique et dan s le commerce équitable, et la quatri ème entreprise exportatrice de
café au Pérou.
Dans ce travail , les échanges internationaux sort étudiés à partir des théories class iques
sur le commerce international , la théorie de la dépendance, celle de l' éc hange inégal et le
modèle des avantages compétitifs. La pensée thomi ste sur l'économie et l'échange est
invoquée, notamment au sujet du principe du prix «j uste ». En plus, nous faisons une
revue des politiques agricoles appliquées dans les pays du Sud et ceux du Nord.
Finalement, soulignons les conséquences de la globalisation économique qui provoque la
libéralisation des échanges internationaux des capitaux et des biens manufacturés,
bouleversant les structures productives des pays.
Le Pérou est étudié à partir des impacts des réformes économiques des années 1990. Ces
réformes sont appliquées à partir du plan d 'aj ustement structurel recommandé par le
Fonds monétaire international et la Banque mondiale. Présentement, le pays vit un
énorme paradoxe: d ' un côté l' économie présente des taux de croissance é levés et des
niveaux d 'exportations record . De l'autre côté, les citoyens péruviens quittent
mass ivement le pays. Dans l'agriculture, les politiques gouvernementales des années 90
ont créé un système visant la faillite des producteurs locaux non compétitifs
internationalement, et le développement des seules activités considérées rentables. Les
principes de la Réforme agricole de 1969 ont été lai ssés de côté, la plupart des entreprises
coopératives ayant fait faillite.
Par ailleurs, le Pérou est le huitième producteur mondial de café, comptant plus de
150000 producteurs (la plupart étant des petits producteurs) et environ 250 000 hectares
ensemencés. Plus d ' un million de personnes dépendent de cette culture. De plus, le café
constitue le produit le plus important pour remplacer la culture illégale de coca. Dans le
contexte international, le café occupe un marché libéralisé à partir de 1989, dominé par 4
entreprises multinationales. Durant la décennie 1990, la production a augmenté plus
rapidement que la demande, ce qui a provoqué la crise internationale du café de 1997 à
2004. En 2002, le prix enregistré à la bourse de New-York a été le plus bas des
30 dernières années. Les pertes subies par les producteurs péruviens sont évaluées à 400
million s de dollars américains. Mais, en 2005 , les prix remontent à 80% de ceux de 2002.
Dans ce travail , le commerce équitable est défini comme une forme d'échange basé sur la
solidarité des consommateurs des pays riches envers les producteurs des pays pauvres.
L'objectif de cette forme de coopération est d' instaurer une plus grande équité dans les
éc hanges internationaux. Elle s'appuie sur une série de principes: la transparence, la
démocratie, le respect de l' environnement et de la diversité culturell e, l'amé li oration des
rémunérati ons et des conditi ons de vie des producteurs et le rejet de toute fo rme de
di scrimin ation et d ' exploitation infantile. Dans les marchés du No rd , les produits
équitabl es sont identifiés par un « label », garanti ssant ain si que les principes du
mouvement ont été appliqués lors de la production du bien. Dans les pays du Sud, le
mouvem ent applique une série de critères de base : le regroupement des producteurs en
coopérati ves, le commerce direct entre importateurs et producteurs, un prix « juste» p our
les réco ltes, le fin ancement des producteurs, l' in vesti ssement d ' une parti e des revenus
dans le développement local et l'agriculture biol ogique.
La coopérative observée, COCLA, est une in stituti on creee en 1967, ayant subi une
transform ati on réussie depui s 1992, appu yée par le Programme de Nati ons Unies pour le
Déve loppement (PNUD). L ' entrepri se est devenue ex portatri ce directe de café, ayant
développé l'agri culture bi ologique. Cependant, la cri se de 1997 à 2004 l'a ame née au
bo rd de la faillite. De plus, COCLA possède la certi fication « co mmerce équitabl e »
depuis 1989, mais cette fo rme de commerce alternatif est devenue plus importante avec la
cri se. Bien que la coopérati ve vende seulement entre 15 à 20% de sa réco lte au m arché
« équi tabl e », ce la lui a permi s de payer à ses associés un pri x supérieur, ( 100 à 200% en
re lati on au marché local) lors de la péri ode de bas pri x du café, so it environ 75
do llars/quintal. Les revenus du commerce équitable ont été utilisés auss i dans des proj ets
de dével oppement local et dans un fonds de solidarité pour les associés. Avec la
récupératio n des pri x internati onaux en 2005 , les revenus des producteurs sont de 20 à
25% supérieurs à ceux du marché local. Bien que le commerce équitable ait soutenu les
producteurs, le ni veau des revenus des agriculteurs se maintient touj ours au ni veau de
survie (27, 1 doll ars par personne/par moi s). Parfo is dans le me illeur des cas, le ni veau des
revenus peut atteindre celui de consommati on de base (42, 1 dollars par personne/par
mois). Les fac teurs principaux de cette pauvreté sont : la grandeur de la parce ll e de te rre
travaill ée, le prix du café, la productivité peu élevée, le manque de di versificati o n de
l' économie régionale et la faibl e contribution de l'État.
Ayant décrit les impacts du commerce équitable, nous constaton s que les revenus des
paysans demeureront encore très bas . Au moment où les producteurs doivent engager des
travai lleurs à l'extérieur du dom aine famili al, le probl ème augmente car les reve nus de ces
travailleurs sont alors égaux à ceux du marché traditi onnel (environ de 2,5 à 3 do ll ars/par
jour). D ' autre part, ayant analysé la di stribution des recettes du commerce intern ati onal
du café, nous constato ns d ' une manière ou d ' une autre que les producteurs ne perço ivent
pas un pourcentage très supérieur de la valeur de la vente au détail du café sur les m archés
du Nord, que ce soit sur le marché traditionnel ou sur le marché équitable. Nous pensons
que ces o miss ions dans la description des impacts du commerce équitable constituent une
grave lacune du mouvement.

Type de document : Thèse ou Mémoire (Mémoire)
Directeur(trice) de mémoire/thèse : Stanek, Oleg
Information complémentaire : Mémoire présenté à l'Université du Québec à Rimouski comme exigence partielle du programme de maîtrise en développement régional. Publié aussi en version papier.
Mots-clés : Commerce Equitable Perou Production Producteur Produit Cooperative Cocla Cafe
Départements et unités départementales : Département sociétés, territoires et développement > Développement régional
Déposé par : DIUQAR UQAR
Date de dépôt : 19 janv. 2011 21:21
Dernière modification : 19 janv. 2011 21:21
URI : http://semaphore.uqar.ca/id/eprint/304

Actions (Identification requise)

Dernière vérification avant le dépôt Dernière vérification avant le dépôt