Collections de documents électroniques
RECHERCHER

Méthodes de résolution de problèmes écrits de mathématiques présentées au primaire : pratiques associées et effets de ces méthodes sur l'activité mathématiques des élèves

Téléchargements

Téléchargements par mois depuis la dernière année

Plus de statistiques...

Goulet, Marie-Pier (2018). Méthodes de résolution de problèmes écrits de mathématiques présentées au primaire : pratiques associées et effets de ces méthodes sur l'activité mathématiques des élèves. Thèse. Rimouski, Université du Québec à Rimouski, Unités départementales des sciences de l'éducation, 368 p.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (5MB) | Prévisualisation

Résumé

Ce projet de thèse s'inscrit dans le domaine de la recherche en résolution de problèmes écrits de mathématiques. Il tire son origine de l'hypothèse générale selon laquelle il semble y avoir un écart important entre les modèles de résolution de problèmes proposés par la recherche et la façon dont ces modèles ont été récupérés en méthodes pouvant être présentées aux élèves du primaire. Les chercheurs ayant travaillé à modéliser le processus de résolution de problèmes insistent sur l'importance de s'engager dans une démarche cyclique et itérative en se créant une représentation mentale du problème allant au-delà des informations présentées explicitement, c'est-à-dire en dégageant des informations implicites. Or, les données issues d'une phase exploratoire durant laquelle 10 entrevues ont été réalisées auprès d'enseignants du primaire suggèrent que la pratique semble davantage orientée vers l'application de méthodes séquentielles dans lesquelles le niveau de compréhension soit limité à un niveau de l'ordre du repérage. L'utilisation d'une méthode en particulier, soit la méthode de type « ce que je sais, ce que je cherche » semble être un bon exemple témoignant de l'écart entre la recherche et la pratique. Afin de vérifier l'existence de cet écart, mais aussi dans le but d'étudier les conséquences possibles (de l'hypothèse) d'un écart, notre projet de recherche a été mené selon trois phases subséquentes.
La première phase visant à documenter les pratiques des enseignants du deuxième et du troisième cycle du primaire relativement aux méthodes de résolution de problèmes présentées en classe s'est opérationnalisée par la passation d'un questionnaire en ligne ayant été complété par 143 enseignants. La deuxième phase consistait à analyser les productions de 45 élèves de quatrième année ayant spontanément utilisé une méthode de type « ce que je sais, ce que je cherche » lors de la résolution de quatre problèmes écrits de mathématiques. Cette deuxième phase avait pour objectif d'étudier la cohérence interne de la démarche mise en œuvre par les élèves qui utilisent cette méthode. Finalement, la troisième phase visait à explorer les conséquences possibles liées à l'utilisation de la méthode « ce que je sais, ce que je cherche » chez les élèves (N=278). Notre étude s'est intéressée à trois variables en particulier : le niveau de compréhension des élèves, leurs (fausses) croyances par rapport à la résolution de problèmes écrits de mathématiques et leur appréciation de cette activité. Les données obtenues soutiennent le constat de l'existence d'un écart entre la recherche et la pratique, créé par des pratiques privilégiant une utilisation séquentielle et inflexible de méthodes de résolution de problèmes. Les résultats suggèrent aussi une utilisation superficielle de la méthode « ce que je sais, ce que je cherche » par les élèves, étant axée sur le repérage d'informations explicites. De plus, si l'utilisation de cette méthode ne semble ni améliorer, ni nuire à la compréhension des élèves, elle semble influencer négativement le développement de fausses croyances, en plus d'être grandement dépréciée par les élèves. D'un point de vue plus fondamental, les conclusions de notre étude permettent de conclure que la façon dont l'activité de résolution de problèmes mathématiques est abordée en classe, par l'entremise de méthodes, s'éloigne malheureusement des finalités qui devraient être associées à cette activité. -- Mot(s) clé(s) en français : Résolution de problèmes écrits de mathématiques, enseignement primaire, pratiques enseignantes, méthode de résolution de problèmes, inférences, compréhension, croyances.

Type de document : Thèse ou Mémoire (Thèse)
Directeur(trice) de mémoire/thèse : Voyer, Dominic
Co-directeur(s) ou co-directrice(s) de mémoire/thèse : Verschaffel, Lieven
Information complémentaire : Thèse présentée comme exigence partielle du doctorat en éducation extensionné de l'Université du Québec à Montréal.
Mots-clés : Mathematique Resolution Probleme Ecrit Methode Primaire Eleve Pratique Enseignant
Départements et unités départementales : Unités départementales des sciences de l'éducation > Enseignement préscolaire-primaire (Rimouski et Lévis)
Déposé par : DIUQAR UQAR
Date de dépôt : 20 déc. 2019 15:52
Dernière modification : 20 déc. 2019 15:52
URI : http://semaphore.uqar.ca/id/eprint/1541

Actions (Identification requise)

Dernière vérification avant le dépôt Dernière vérification avant le dépôt