Collections de documents électroniques
RECHERCHER

Développement et application d'un système mobile de laser terrestre pour quantifier le bilan sédimentaire des plages

Van-Wierts, Stéfanie (2012). Développement et application d'un système mobile de laser terrestre pour quantifier le bilan sédimentaire des plages. Mémoire. Rimouski, Québec, Université du Québec à Rimouski, Département de biologie, chimie et géographie, 95 p.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (8MB)

Résumé

Au Québec maritime, l'érosion côtière est une problématique d'envergure, notamment sur les côtes de formations meubles. Les plages ont un rôle de zone tampon ayant comme fonction naturelle d'absorber l'énergie des vagues et donc d'assurer l'équilibre de certains écosystèmes et le maintien de l'écoumène en réduisant l'érosion de la côte. Les méthodes d'acquisition conventionnelles ne permettent pas de quantifier convenablement les changements morpho sédimentaires d'une plage à l'échelle des cellules hydrosédimentaires. Le manque de méthode d'acquisition fiable et de données quantitatives mène à une surestimation ou à une sous-estimation de la disponibilité sédimentaire d'un système côtier. Pour contrer ces lacunes et afm de minimiser les coûts d'acquisition, un nouveau système mobile de LiDAR terrestre a été mis en place, permettant d'acquérir des données topographiques de l'estran, de la haute plage et des falaises. Le système multicapteurs comprend un LiDAR, un système de navigation à haute précision (IMU et D-GPS) et une caméra. L' ensemble des instruments et capteurs sont montés sur un véhicule de type toutterrain. Le système a été évalué sur la zone côtière de la péninsule de Manicouagan. La comparaison des données LiDAR avec 1 050 points de référence géopositionnés au D-GPS montre une erreur verticale moyenne de 0,1 m sur les secteurs de plage. Les résultats montrent que le volume sédimentaire moyen des plages devant les zones où la ligne de rivage présente un ouvrage de protection en enrochement (12 m3/m) est plus de trois fois plus faible que devant les secteurs à l'état naturel (35,5 m3/m). La moyenne des secteurs en transition, constituant les segments où une zone artificielle et une zone naturelle se chevauchent présentent un volume moyen de 28 m3 lm. Aussi, les plages devant les secteurs anthropisés sont en moyenne près de 2 fois plus étroites (12,7 m) que devant les secteurs naturels (25,4 m). Un indice de bilan sédimentaire des plages a été testé et il constitue un excellent proxy pour évaluer la disponibilité sédimentaire des plages ainsi qu'identifier les secteurs déficitaires. La réalisation d'une couverture complète au LiDAR a permis de constater que des profils de plage réalisés à un intervalle de plus de 200 m sur des côtes diversifiées mènent à des résultats significativement différents de la réalité. Par contre, il semble que l'intervalle des profils à peu d'impact sur de longs secteurs de plages uniformes.

Type de document: Thèse ou Mémoire (Mémoire)
Directeur de mémoire/thèse: Bernatchez, Pascal
Informations complémentaires: Mémoire présenté comme exigence partielle de la maîtrise en géographie.
Mots-clés: Systeme Mobile Laser Terrestre Bilan Sedimentaire Sediment Plage Quantification Variation Changement Morphposedimentaire Profil Geomorphologie
Départements et unités départementales: Département de biologie, chimie et géographie > Géographie
Déposé par: DIUQAR UQAR
Date de dépôt: 09 juill. 2013 18:17
Dernière modification: 09 juill. 2013 18:17
URI: http://semaphore.uqar.ca/id/eprint/751

Actions (Identification requise)

Dernière vérification avant le dépôt Dernière vérification avant le dépôt