Collections de documents électroniques
RECHERCHER

Sélection des milieux ouverts par le caribou forestier de Charlevoix, Québec : compromis entre risque de prédation et ressources alimentaires

Charbonneau, Jo-Annie (2011). Sélection des milieux ouverts par le caribou forestier de Charlevoix, Québec : compromis entre risque de prédation et ressources alimentaires. Mémoire. Rimouski, Québec, Université du Québec à Rimouski, Département de biologie, chimie et géographie, 96 p.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (4MB)

Résumé

RÉSUMÉ: Les milieux ouverts constituent des habitats contrastés qui peuvent aussi bien présenter des coûts que des bénéfices pour les ongulés boréaux qui les utilisent. D'une part, certains milieux ouverts productifs peuvent supporter d'importantes biomasses de ressources alimentaires, mais fournir peu de couvert de protection contre les prédateurs. D'autre part, l'ouverture du couvert peut permettre à une proie de détecter plus facilement les menaces potentielles. Dans la mesure où l'ouverture du paysage forestier boréal est aujourd'hui régie par les activités anthropiques (e.g. coupes forestières, contrôle des incendies, reforestation des sites improductifs), nous avons voulu étudier la relation entre le caribou forestier et les milieux ouverts. Pour ce faire, vingt femelles ont été suivies par télémétrie GPS entre 2004 et 2007 dans la région de la Réserve faunique des Laurentides au Québec, Canada. Afin de mettre en lumière l'influence des facteurs limitants sur la sélection d'habitat et le compromis potentiellement fait par le caribou en forêt boréale aménagée, nous avons testé l'effet de la période annuelle (saison) et celui de la présence du faon (statut maternel) sur les patrons de sélection des milieux ouverts. Des analyses de sélection d'habitat réalisées à trois échelles spatiales ont permis d'identifier des variations dans la sélection des milieux ouverts entre les saisons et entre les individus. Dans Charlevoix, le caribou se situe à la limite sud de son aire de répartition en Amérique du Nord. Dans un tel environnement fortement modifié par les activités humaines, le caribou forestier a sélectionné les milieux ouverts à plusieurs échelles spatiales et à différentes périodes de l'année, un comportement plutôt inusité pour cet écotype. Tous les individus suivis ont montré une sélection pour les milieux ouverts aux trois échelles spatiales considérées. À l'échelle du paysage, les domaines vitaux annuels des caribous étaient situés dans des secteurs hétérogènes où l'abondance relative des pessières ouvertes à lichen, des brûlis et des coupes forestières récentes était particulièrement élevée par rapport à l'aire d'étude. À l'échelle du domaine vital, les patrons de sélection des femelles non suitées (sans faon) semblaient plus orientés vers la diversité et la quantité des ressources alimentaires que ceux des femelles suitées qui sélectionnaient plutôt les habitats les plus ouverts. Ces différences ont été observées pendant la mise bas, l'été, le rut et l'hiver. À fine échelle, les sites utilisés par l'ensemble des individus présentaient un couvert latéral plus faible et étaient généralement situés plus près d'un peuplement forestier que les sites aléatoires. Par ailleurs, alors que les femelles suitées n'ont sélectionné que le lichen en hiver et les graminées durant la mise bas, i.e. les périodes critiques où les ressources alimentaires sont plus limitantes, les femelles non suitées ont sélectionné des ressources alimentaires variées tout au long de l'année. Les variations saisonnières observées entre les patrons de sélection des milieux ouverts des femelles suitées et non suitées suggèrent que l'utilisation des milieux ouverts par le caribou correspondrait à un compromis entre le risque de prédation et la disponibilité des ressources alimentaires. Cependant, le risque de prédation semble être le principal facteur limitant régissant les patrons de sélection observés. À grande échelle, le caribou sélectionne ainsi des habitats qui sont moins susceptibles d'être utilisés par l'orignal et son prédateur, le loup, alors qu'à fine échelle il sélectionne des caractéristiques d'habitat favorisant la détection visuelle des menaces potentielles et la probabilité de fuite. Lorsque le risque de prédation est plus élevé, i.e. en présence d'un faon, la sélection pour les milieux riches en ressources alimentaires diminue. Nous croyons que ce comportement inusité de sélection des milieux ouverts constitue une adaptation comportementale du caribou forestier de Charlevoix à un milieu fortement modifié par les coupes forestières. -- ABSTRACT: The use of open habitats (i.e., an environment with few or no canopy and/or ground coyer) by ungulate species inhabiting the boreal forest may result in both costs and benefits. While open habitats often provide relatively good foraging opportunities, these areas may offer fewer hiding places to shelter from predators. Alternatively, sorne highly-opened habitats could a110w a prey to detect an approaching predator more easily or facilitate escape behaviour. The dynamics of open habitats is now mostly driven by anthropogenic activities (e.g., forest management, fire control, reforestation of unproductive stands). We therefore investigated the relationship between forest-dwelling caribou and open habitats. We fo11owed twenty females using GPS telemetry collars between 2004 and 2007 in the Laurentides Wildlife Reserve, Québec, Canada. We tested the impact of the annual period (season) and of calf presence (maternaI status) on the selection patterns of open habitats by females, in order to highlight the influence of limiting factors on habitat selection and the possible trade-off made by caribou in a highly-managed boreal forest. Habitat selection analyses was conducted at three spatial scales and allowed us to identify inter-seasonal and inter-individual variations in the selection of open habitats. In our study are a, which is located at the southern limit of caribou range in North America and is deeply impacted by human activities, we found forest-dwelling caribou selected open habitats at multiple scales and during aIl seasons which is an unexpected behaviour for this ecotype. At the landscape scale, annual home ranges were located in heterogeneous landscapes with relatively high proportions of open lichen woodlands, burnt areas and recent c1ear-cuts. At the home-range scale, selection patterns of solitary females appeared more oriented toward foraging resources than those of females with a calf, which mostly selected for highly-opened habitats. These differences were observed during calving, summer, rut and winter. At fine scale, aIl individuals selected for sites with lower lateral coyer that were located near a forest stand edge compared to random locations. However, while females with calves only selected for lichen in winter and grasses during calving, i.e., critical periods wh en food resources were likely more limiting, solitary females selected for various food resources a11 year long. The seasonal differences between selection patterns of females with and without ca Ives suggest that the use of open habitats could correspond to a trade-off between predation risk and food abundance. Predation risk, however, seemed to be the most important limiting factor driving the observed selection patterns. At larger scale, caribou selected open habitats that were less likely to be used by moose and its predator, the wolf, and at finer scale they selected habitat features that likely favoured visual detection of potential threats. When predation risk is higher, i.e., in the presence of a calf, selection of foraging resources appeared to decrease. We believe that the unusual selection of open habitats by caribou in Charlevoix could be a behavioural adaptation in a landscape highly impacted by forestry practices.

Type de document: Thèse ou Mémoire (Mémoire)
Directeur de mémoire/thèse: Ouellet, Jean-Pierre
Co-directeur(s) de mémoire/thèse: Dussault, Christian
Informations complémentaires: Mémoire présenté dans le cadre du programme de maîtrise en gestion de la faune et de ses habitats en vue de l'obtention du grade de M.Sc. maître ès sciences.
Mots-clés: Caribou Bois Forestier Selection Habitat Milieu Predation Alimentation Charlevoix
Départements et unités départementales: Département de biologie, chimie et géographie > Biologie
Déposé par: DIUQAR UQAR
Date de dépôt: 01 févr. 2013 18:39
Dernière modification: 06 sept. 2017 19:05
URI: http://semaphore.uqar.ca/id/eprint/661

Actions (Identification requise)

Dernière vérification avant le dépôt Dernière vérification avant le dépôt