Collections de documents électroniques
RECHERCHER

Localisation par immunohistochimie des cellules immunoréactives à la dopamine et à la noradrénaline dans les ganglions d'un mollusque bivalve Mya arenaria et effets de la sérotonine sur la dissolution de la vésicule germinale des ovocytes bloqués en prophase I de la méiose

Louis, Séverine (2007). Localisation par immunohistochimie des cellules immunoréactives à la dopamine et à la noradrénaline dans les ganglions d'un mollusque bivalve Mya arenaria et effets de la sérotonine sur la dissolution de la vésicule germinale des ovocytes bloqués en prophase I de la méiose. Mémoire. Rimouski, Québec, Université du Québec à Rimouski, Institut des sciences de la mer de Rimouski, 132 p.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (7MB)

Résumé

Mya arenaria est un mollusque bivalve pélecypode suspensivore et filtreur actuellement mis à l'essai en vue d'une production commerciale à grande échelle. Dans le but d'apporter de nouvelles connaissances au niveau des mécanismes neurophysiologiques et endocriniens contrôlant ses différents processus physiologiques tels que la reproduction, nous avons localisé spécifiquement par immunohistochimie, dans notre première étude, les cellules immunoréactives à la dopamine et à la noradrénaline dans les trois types de ganglions de la mye et nous avons testé, dans notre seconde étude, l' effet de l'application de sérotonine à des ovocytes en stade post-vitellogénique. Notre première étude nous a permis pour la première fois de localiser les cellules irnrnunoréactives à la dopamine dans les trois ganglions de la mye, et plus spécifiquement dans le cortex du ganglion viscéral et de localiser les cellules immunoréactives à la noradrénaline principalement dans le ganglion pédieux. À cause de leurs différences de morphologie et de taille ainsi que leur distribution non localisée dans le cortex du ganglion viscéral, il semblerait que les cellules nerveuses dopaminergiques ne remplissent pas toutes les mêmes fonctions physiologiques, certaines pourraient avoir une action locale alors que d' autres pourraient avoir une action périphérique. Au contraire, les cellules nerveuses dopaminergiques et noradrénalinergiques du ganglion pédieux ont une morphologie, une taille et une localisation semblables. Cela suggère que ces cellules agissent sur la même fonction physiologique, possiblement la digestion. Des fibres dopaminergiques ont également été localisées dans les différents nerfs émergeant du ganglion viscéral ainsi que dans les nerfs pédieux. De plus, une abondance de fibres a été retrouvée dans les cOlmectifs cérébro-viscéraux émergeant du ganglion viscéral et il apparaît que des connectifs gonadiques émergent des connectifs cérébro-viscéraux. Ces découvertes confirment l'existence d'un flux de dopamine entre les ganglions cérébraux et viscéraux et suggèrent un rôle de la dopamine dans la respiration, la contraction du pied et la nutrition de M arenaria. Dans cette étude, nous avons également comparé la distribution des catécholamines avec la distribution de la sérotonine dans les mêmes ganglions. Cela nous a permis de confirmer les résultats d'autres études ayant découvert que la dopamine et la sérotonine ont des distributions inverses dans les ganglions cérébraux et viscéraux. Cette première étude nous a donc permis de localiser pour la première fois les catécholamines dans les ganglions d'un bivalve, de faire des comparaisons avec la distribution d'une autre monoamine, la sérotonine, dans les mêmes ganglions et d' émettre des hypothèses quant à leurs rôles dans différents processus physiologiques. Notre seconde étude, a mis en évidence que la sérotonine peut induire in vitro la dissolution de la vésicule germinale des ovocytes de M arenaria et que cette réinitiation méiotique est dépendante du temps et de la concentration de sérotonine puisque le plus grand pourcentage d'ovocytes subissant la dissolution de la vésicule germinale a été obtenu avec des concentrations de sérotonine de 10-4 et 10-5 M après le plus long temps d'exposition testé équivalent à 180 minutes. Cette seconde étude confirme donc que la sérotonine synthétisée dans les ganglions de M arenaria est dirigée vers les gonades par des fibres sérotoninergiques où elle est impliquée dans les processus reproductifs. Deux autres objectifs étaient visés dans cette étude. Le premier portait sur l'analyse de l'influence de pré-traitements stéroïdiens (17p-oestradiol, testostérone et progestérone) sur les effets de la sérotonine à différentes concentrations sur la GVBD des oocytes. Le second portait sur l'analyse de la mobilité des spermatozoïdes sous différentes conditions (temps, températures et addition de sérotonine dans le milieu). Cependant, compte tenu de la difficulté d'obtenir des individus au stade post-vitellogénique en nombre suffisant pour les femelles et au stade mature pour les mâles, seuls les protocoles ont pu être créés et se retrouvent en annexe.

Type de document: Thèse ou Mémoire (Mémoire)
Directeur de mémoire/thèse: Pellerin, Jocelyne
Informations complémentaires: Mémoire présenté à l'Université du Québec à Rimouski comme exigence partielle du programme de maîtrise ès Sciences en océanographie. Publié aussi en version papier.
Mots-clés: Mye Mya Arenaria Localisation Identification Cellule Ganglion Immunoreaction Dopamine Noradrenaline Catecholamine Dissolution Vesicule Germinal Ovocyte Gonade Serotonine
Départements et unités départementales: Institut des sciences de la mer de Rimouski (ISMER) > Océanographie
Déposé par: DIUQAR UQAR
Date de dépôt: 25 janv. 2011 18:47
Dernière modification: 25 janv. 2011 18:47
URI: http://semaphore.uqar.ca/id/eprint/251

Actions (Identification requise)

Dernière vérification avant le dépôt Dernière vérification avant le dépôt