Collections de documents électroniques
RECHERCHER

Le navettage aérien vers le nord du Québec : une innovation organisationnelle à incidences sociales

Téléchargements

Téléchargements par mois depuis la dernière année

Plus de statistiques...

Simard, Martin (2019). Le navettage aérien vers le nord du Québec : une innovation organisationnelle à incidences sociales. [Monographie]

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (694kB) | Prévisualisation

Résumé

RÉSUMÉ: La distanciation du lieu de domicile et du lieu de travail n'est pas un phénomène nouveau. Au début du XXe siècle, de nombreux Québécois travaillaient dans des camps forestiers pendant les mois d'hiver. Et que dire de la mobilité pendulaire quotidienne qui touche aujourd'hui une vaste partie de la population. Cependant, la pratique du navettage aérien a ceci de particulier que les allers-retours entre résidence et lieu de travail se font par avion sur de grandes distances et sur des périodes de moyennes amplitudes (7, 10 ou 14 jours). Au Québec, cette forme de mobilité, qualifiée en anglais de fly-in / fly-out, a été popularisée par la mine de nickel Raglan située dans l'extrême nord de la province. Les complexes résidentiels adjacents aux mines évitent donc maintenant aux entreprises de construire des villes ou villages permanents. Le navettage aérien soulève de nombreuses interrogations : Les travailleurs apprécient-ils ce mode de vie particulier ? Quels sont les effets de cette forme de mobilité de la main-d'oeuvre ? On peut aussi se demander si le phénomène du navettage aérien constitue une innovation organisationnelle à incidences sociales. Nous tenterons de répondre à ces questions à l'aide d'entretiens auprès de travailleurs-navetteurs et à la lumière de divers séjours sur le terrain effectués dans le Nord du Québec. -- Mots clés : Navettage aérien, territoire, innovation, mine, main d'œuvre. -- ABSTRACT: Large distances from the residence location and the workplace is not a new phenomenon. At the beginning of the twentieth century, many Quebecers used to work in lumberjack camps during the cold season. And what about daily commuting for work which is now the norm for the majority of the population. However, the practice of fly-in / fly-out (FIFO) is singular considering the long distances between residence and work place and the length of the journeys to work (7, 10 or 14 days). In Quebec, this form of mobility was popularized by the Raglan nickel Mine, which opens in 1997 in the North of the province. Thus, unlike previous decades, new remote mining operations are no longer equipped with permanent towns or villages, but with hotel-type campsites for rotating workers teams. Thus, fly-in / fly-out raises many questions: Do workers appreciate this particular way of life? What are effects of this form of labour mobility? One can also wonder whether the phenomenon is truly a labour related innovation with social impacts. We will address that former issue through the lights of interviews with FIFO workers and as an extension of previous empirical studies and field trip in northern Quebec. Keywords: Fly-in / fly-out, places, innovation, mining, labor force

Type de document : Monographie
Information complémentaire : Communication présentée dans le cadre du colloque Innovation et territoires face aux inégalités, Université du Québec à Rimouski, 22-25 mai 2019
Mots-clés : Aerien Avion Distance Domicile Fly-in Fly-out Innovation Main-d'oeuvre Mine Minier Mobilite Navettage Navette Nickel Nord Quebec Raglan Residence Transport Travail Travailleur
Départements et unités départementales : Groupe de recherche interdisciplinaire sur le développement territorial, de l'Est du Québec (GRIDEQ)
Déposé par : DIUQAR UQAR
Date de dépôt : 25 sept. 2019 17:36
Dernière modification : 04 oct. 2019 14:48
URI : http://semaphore.uqar.ca/id/eprint/1454

Actions (Identification requise)

Dernière vérification avant le dépôt Dernière vérification avant le dépôt