Collections de documents électroniques
RECHERCHER

Évaluation de la submersion côtière par l'estimation in situ du wave runup sur les côtes basses du Bas-Saint-Laurent, Québec

Didier, David (2014). Évaluation de la submersion côtière par l'estimation in situ du wave runup sur les côtes basses du Bas-Saint-Laurent, Québec. Mémoire. Rimouski, Québec, Université du Québec à Rimouski, Département de biologie, chimie et géographie, 181 p.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (14MB) | Prévisualisation

Résumé

RÉSUMÉ: Le 6 décembre 2010, une dépression engendrait la submersion du littoral de l'estuaire et du golfe du Saint-Laurent au Québec. Il s'agissait de la conjoncture d'une pleine mer supérieure de vive eau, d'une surcote, et du wave runup, soit l'amplitude entre la limite supérieure du jet de rive et le niveau de la mer sans agitation. Après la tempête, les limites de runup ont été identifiées au DGPS sur 17 km de côtes. La même approche a été appliquée sur huit plages en conditions calmes à marée haute. L'effet de l'orientation, des pentes, et des largeurs d'estrans a été évalué statistiquement sur la variabilité du runup. Un modèle empirique de runup a été réalisé grâce à l'utilisation de la pente la mieux corrélée avec les niveaux atteints. Sur le territoire bas-Iaurentien, il s'avère que la géomorphologie affecte l'hydrodynamisme au déferlement et par conséquent les niveaux d'eau extrêmes. Le paramètre le plus explicatif de la variabilité spatiale du runup lors de la tempête est la pente de la zone intertidale. Un large estran rocheux ou meuble protège la côte de la submersion puisqu'il atténue la pente (r2=0,91) . En conditions plus calmes, la pente du haut estran est plus représentative de la variabilité du runup. Le modèle empirique développé sur l'ensemble des données en milieu naturel (r2=0,69) a été appliqué pour calculer le runup théorique sur un LiDAR et établir une cartographie de la submersion du 6 décembre 2010. Les niveaux d'eau extrêmes (NEE) ont également été mis en relation avec l'altitude du trait de côte en regard de l'échelle d'impact des tempêtes de Sallenger (2000). Il en ressort que sans la contribution des vagues, la marée astronomique et la surcote n'aurait submergé que 1% du littoral d'après les résultats de l'application du modèle sur 3177 points de mesure.

Type de document: Thèse ou Mémoire (Mémoire)
Directeur de mémoire/thèse: Bernatchez, Pascal et Marie, Guillaume
Informations complémentaires: Mémoire présenté comme exigence partielle de la maîtrise en géographie.
Mots-clés: Cote Cotier Vague Onde Tempete Hydrodynamisme Erosion Bas-saint-laurent
Départements et unités départementales: Département de biologie, chimie et géographie > Géographie
Déposé par: DIUQAR UQAR
Date de dépôt: 09 mai 2016 14:49
Dernière modification: 09 mai 2016 14:52
URI: http://semaphore.uqar.ca/id/eprint/1041

Actions (Identification requise)

Dernière vérification avant le dépôt Dernière vérification avant le dépôt