Collections de documents électroniques
RECHERCHER

Niche alimentaire et écologie du loup et du carcajou dans l'Arctique canadien : des analyses isotopiques au savoir Inuit

Téléchargements

Téléchargements par mois depuis la dernière année

Plus de statistiques...

L'Hérault, Vincent (2018). Niche alimentaire et écologie du loup et du carcajou dans l'Arctique canadien : des analyses isotopiques au savoir Inuit. Thèse. Rimouski, Université du Québec à Rimouski, Département de biologie, chimie et géographie, 278 p.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (5MB) | Prévisualisation

Résumé

Les grands carnivores jouent un rôle clé dans la structure et le fonctionnement des écosystèmes. Ils sont souvent utilisés comme indicateurs écologiques puisqu'ils répondent rapidement aux changements dans l'environnement. Les grands carnivores vivent depuis très longtemps à proximité des populations humaines et ont été longtemps perçus de façon très négative, mais revêtent une valeur spirituelle et culturelle et représentent une importante composante de l'économie de subsistance pour les communautés autochtones. En dépit de leur importance, l'écologie des grands carnivores est en général beaucoup moins connue que celle d'autres groupes trophiques en raison de leur faible densité et des difficultés logistiques qu'implique le suivi des populations sauvages. L'objectif général de cette étude était de mieux comprendre le rôle de deux espèces de grands carnivores, le loup gris Canis lupus et le carcajou Gulo gulo dans le fonctionnement de l'écosystème de la toundra arctique et d'examiner leur importance pour les communautés inuit. Pour ce faire, nous avons développé un programme de suivi de ces deux espèces basé sur l'analyse de carcasses récoltées par des chasseurs inuit. Notre suivi impliquait 13 communautés inuit réparties sur la partie continentale du territoire du Nunavut (Canada), soit environ 900 000 km2. Notre suivi multiannuel (2010-13) et multisaisonnier nous a permis d'obtenir des tailles d'échantillons inégalées pour ces espèces (287 loups et 376 carcajous). Les trois objectifs spécifiques de cette étude consistaient à: 1) quantifier, à l'aide des isotopes stables et des contenus stomacaux, les variations dans l'utilisation des ressources alimentaires par deux grands carnivores arctiques en fonction des fluctuations spatio-temporelles de la diversité des ressources alimentaires et de l'abondance des grands herbivores, et également en fonction des contraintes biologiques inhérentes aux deux espèces étudiées; 2) déterminer expérimentalement les taux de fractionnement isotopique entre la nourriture et les poils de grands carnivores afin d'augmenter la précision de nos analyses isotopiques; 3) examiner la relation entre les grands carnivores et les populations inuit dans un contexte de changements socio-économiques importants. Dans le premier chapitre (objectif 1), nous avons examiné les hypothèses selon lesquelles les opportunités écologiques (c.-à-d. la diversité des ressources déterminée par les variations environnementales), l'abondance de la proie préférée (caribou) et les contraintes biologiques déterminent la niche alimentaire des populations et la variation interindividuelle chez le carcajou et le loup. Le carcajou présentait une plus grande niche alimentaire et variation interindividuelle lorsque les ressources marines étaient disponibles et là où l'abondance du caribou était faible. Cependant, sa niche alimentaire variait peu dans les régions où le caribou migrateur était disponible, même en présence des ressources marines. À l'inverse, la niche alimentaire du loup ne variait pas dans les régions où l'abondance des caribous était faible, mais plutôt dans le nord-ouest de notre aire d'étude où le caribou et les ressources marines étaient accessibles. À l'été, la diversité et l'abondance des ressources influençaient la niche alimentaire des loups et carcajous, mais pas la variation interindividuelle. Dans le second chapitre (objectif 2), nous avons déterminé, à l'aide d'animaux en captivité nourris à partir de sources contrôlées, le taux de fractionnement du carbone et de l'azote entre la nourriture et les poils de quatre grands carnivores : le loup, le carcajou, l'ours grizzly Ursus arctos et l'ours blanc Ursus maritimus. Les taux de fractionnement obtenus chez le loup étaient comparables aux rares résultats présents dans la littérature. Notre étude est toutefois la première à avoir déterminé le fractionnement isotopique chez le carcajou et les loups juvéniles, et la première sur les poils d'ours grizzly et d'ours blanc, un tissu qui est très utilisé dans les études non invasives des mammifères. Dans le troisième chapitre (objectif 3), nous avons examiné une hypothèse émise localement (par les chasseurs de Qamani'tuaq) reliant la pression de chasse à l'état d'une population de loups vivant à proximité de la communauté. Nous avons aussi analysé les facteurs environnementaux et socio-économiques qui déterminent cette pression de chasse. Nos résultats issus de données biologiques et d'observations effectuées par des chasseurs indiquent une moins bonne condition corporelle, une perturbation de la taille et de la structure des groupes, et une réaction de fuite à l'homme augmentée chez les loups vivant à proximité de la communauté versus ceux vivant au loin. Les perceptions des chasseurs suggèrent une importante contribution du développement minier à l'augmentation de l'efficacité de la chasse au loup, la modification des pratiques de chasse entraînant une plus grande pression locale, ainsi que la perturbation de l'habitat et le comportement des caribous.
En conclusion, cette thèse a permis de mieux comprendre comment deux espèces sympatriques de grands carnivores peuvent montrer des réponses très contrastées dans leur niche alimentaire, incluant les variations interindividuelles, en réponse aux patrons régionaux et saisonniers de disponibilité des ressources. Ces résultats permettent de mieux comprendre le fonctionnement et la capacité de résilience aux changements de l'écosystème de la toundra arctique. Par exemple, les flux d'énergie et éléments nutritifs entre l'écosystème marin et toundrique peuvent augmenter les densités de prédateurs et ainsi influencer les interactions prédateur-proie terrestres. La thèse souligne l'importance de collaborer avec les communautés autochtones et d'utiliser des savoirs locaux afin d'approfondir nos connaissances en écologie tout en respectant l'identité et les priorités des cultures holistiques. -- Mot(s) clé(s) en français : Grands carnivores terrestres, loup, carcajou, niche alimentaire, ressources allochtones, fractionnement isotopique, chasse de subsistance, savoir local.

Type de document : Thèse ou Mémoire (Thèse)
Directeur(trice) de mémoire/thèse : Berteaux, Dominique
Co-directeur(s) ou co-directrice(s) de mémoire/thèse : Lecomte, Nicolas
Information complémentaire : Thèse présentée comme exigence partielle du doctorat en biologie prolongé de l'Université du Québec à Montréal.
Mots-clés : Loup Gris Canis Lupus Carcajou Gulo Ressource Alimentaire Communaute Inuit
Départements et unités départementales : Département de biologie, chimie et géographie > Biologie
Déposé par : DIUQAR UQAR
Date de dépôt : 20 déc. 2019 16:13
Dernière modification : 20 déc. 2019 16:13
URI : http://semaphore.uqar.ca/id/eprint/1546

Actions (Identification requise)

Dernière vérification avant le dépôt Dernière vérification avant le dépôt