Collections de documents électroniques
RECHERCHER

Impacts des perturbations anthropiques sur la sélection d'habitat et la distribution spatiale du loup gris (Canis lupus) en forêt boréale

Lesmerises, Frédéric (2012). Impacts des perturbations anthropiques sur la sélection d'habitat et la distribution spatiale du loup gris (Canis lupus) en forêt boréale. Mémoire. Rimouski, Québec, Université du Québec à Rimouski, Département de biologie, chimie et géographie, 95 p.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (6MB) | Prévisualisation

Résumé

RÉSUMÉ: L'extraction des ressources naturelles et l'urbanisation ont engendré une importante modification des paysages forestiers boréaux. Leurs effets se font ressentir sur l'ensemble de cet écosystème nordique, modifiant le comportement des espèces fauniques et les interactions entre les niveaux trophiques. Tandis que les impacts des perturbations anthropiques sur l'écologie des espèces à statut précaire sont relativement bien documentés, notre compréhension des réponses des carnivores aux modifications de l'habitat apparaît davantage limitée. L'objectif de cette étude était donc d'évaluer les impacts des perturbations anthropiques sur la sélection d'habitat et l'utilisation de l'espace du loup dans un milieu fortement perturbé. Nous avons émis l'hypothèse que la réaction des loups aux structures anthropiques dépend des risques et des bénéfices perçus par ceux qui les utilisent. En termes de comportement, nous avons prédit que les loups éviteraient les zones où l'activité humaine et les risques de mortalité sont élevés alors qu'ils sélectionneraient les sources de nourriture anthropique et les structures facilitant l'accès au territoire durant les périodes où l'activi té humaine est réduite. Entre 2005 et 2010, 22 loups appartenant à neuf meutes ont été capturés dans la réserve fauniqu e des Laurentides et équipés de colliers télémétriques OPS. En utilisant des fonctions de sélection des ressources, nous avons démontré que les routes et les sources de nourriture anthropique étaient sélectionnées par les loups, tandis que les coupes forestières récentes (moins de 5 ans) et les chalets étaient évités. De plus, les loups semblaient plus tolérants aux infrastructures lorsqu'ils fréquentaient des habitats de haute qualité. D'autre part, la présence de chantiers routiers en activité a diminué l'utilisation des abords d'une route provinciale en réfection ainsi que le nombre de traversées de cette route par les loups. Ces résultats démontrent que les loups ajustent leur comportement en fo ncti on des risques associés aux perturbations présentes dans leur territoire. Cette étude suggère que les perturbations anthropiques peuvent influencer la distribution spatiale du loup et que ces changements pourraient potentiellement affecter la dynamique prédateur-proie, particulièrement avec les espèces à statut particulier. --ABSTRACT: Throughout the southern part of the boreal forest, timber harvesting and natural resource extraction have induced important landscape modifications. Their effects can impact the whole ecosystem, and modify species behaviour as weil as trophic interactions. Although anthropogenic impacts on vulnerable species' ecology are well documented, our comprehension of carnivore responses to habitat alteration is stilliimited. Being tolerant of human structures, the wolf may use them to impmve hunting success. Our objective was to assess the impacts of anthropogenic disturbances on habitat selection and space use by wolf in a heavily managed landscape. We hypothesized that responses to anthropogenic disturbances and infrastructure would be indicative of a trade-off between tbe perceived costs and benefits that wolves experience in using them, as some disturbances might be beneficial to wolves. Furtber, because risk for wolf of using a particular habitat type likely increases with the probability of human encounter, we hypothesized that the level of human activity would be more important in driving wolf response to a disturbance than the disturbance by itself. Between 2005 and 2010, we tracked 22 wolves belonging to nine packs at the southern fringe of Québec's boreal forest, and fitted them with GPS telemetry collars. Using resource selection functions, we found that wolf se lected mads and anthmpogenic food sources, but avoided recent clearcuts (younger than 5 years old) and cabins. Wolves were more tolerant toward human infrastructure when using high quality habitats. Also, the presence of active roadworks decreased roadside use by wolves as well as the frequency of road crossings. This study demonstrated how anthropogenic disturbances may influence wolf habitat selection and underscored that resulting changes in wolf distribution could potentially affect predator-prey dynamics, especially with endangered species.

Type de document: Thèse ou Mémoire (Mémoire)
Directeur de mémoire/thèse: St-Laurent, Martin-Hugues
Co-directeur(s) de mémoire/thèse: Dussault, Christian
Informations complémentaires: Mémoire présenté dans le cadre du programme de maîtrise en gestion de la faune et de ses habitats en vue de l'obtention du grade de maître ès sciences.
Mots-clés: Loup Gris Canis Lupus Perturbation Anthropique Habitat Effet Cumulatif
Départements et unités départementales: Département de biologie, chimie et géographie > Biologie
Déposé par: DIUQAR UQAR
Date de dépôt: 13 janv. 2015 14:11
Dernière modification: 13 janv. 2015 14:12
URI: http://semaphore.uqar.ca/id/eprint/888

Actions (Identification requise)

Dernière vérification avant le dépôt Dernière vérification avant le dépôt