Collections de documents électroniques
RECHERCHER

Conservation, aires protégées et écotourisme des enjeux de justice environnementale pour les communautés voisines des parcs?

Lapointe, Dominic (2011). Conservation, aires protégées et écotourisme des enjeux de justice environnementale pour les communautés voisines des parcs? Thèse. Rimouski, Québec, Université du Québec à Rimouski, Département sociétés, territoires et développement, 345 p.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (19MB)

Résumé

Cette thèse porte sur les enjeux de justice environnementale à l'égard des communautés voisines des aires protégées. La recherche s'intéresse plus particulièrement aux relations qu'entretiennent des communautés fragiles avec l'acteur étatique que représente un parc national et à la capacité de ces communautés à être partie prenante du développement écotouristique proposé par l'acteur parc. Ces relations sont analysées à l'aide du cadre de la justice environnementale (JE). Le premier chapitre théorique porte sur les aires protégées et leurs incidences sur les communautés voisines. La thèse y explore la dimension sociale des aires protégées au-delà de la protection de l'environnement physique et biologique. Le chapitre suivant porte sur le tourisme et l'écotourisme, car ceux-ci sont directement associés au discours de la valorisation économique et sociale des aires protégées. Ce chapitre positionnera l'écotourisme comme stratégie de développement pour les communautés voisines. En effet, bien que l'écotourisme soit l'un des créneaux touristiques en forte croissance, la thèse soulève la question de l' écotourisme comme voie de développement territoriale pour les communautés voisines. De ces deux chapitres, nous pouvons dégager trois constats: le premier constat est que la création et la gestion des parcs et des aires protégées ne sont pas sans incidence pour les communautés voisines. Ainsi, la création et la gestion d'une aire protégée amènent un ensemble de modifications, entre autres dans l'usage des ressources naturelles et du territoire, dans l'économie locale, dans la structure d'emploi, dans le mode de vie, dans la culture et dans la gouvernance territoriale. Le deuxième constat est que l'écotourisme est la principale, voire la seule stratégie de développement proposée aux communautés voisines des parcs. Si la présence d'un parc permet d'offrir un produit d'appel aux touristes, l'écotourisme comme stratégie de développement n'entraîne pas automatiquement chez les communautés voisines les capacités de se positionner sur le créneau écotouristique. Le troisième et dernier constat révèle que les communautés voisines des aires protégées sont souvent parmi les plus vulnérables. En effet, celles-ci rencontrent plusieurs difficultés sociales et économiques. Elles occupent une position périphérique dans l'économie nationale, internationale et touristique; elles vivent une dépendance historique au secteur économique primaire. Elles cumulent des difficultés socio-économiques en matière d'éducation, d'emploi et de revenu et éprouvent des difficultés à s'inscrire dans le créneau écotouristique. C'est en partant de ces constats qu'un cadre d'analyse à partir de la justice environnementale a été élaboré. Ce cadre s'articule en trois volets: la distribution des contraintes et des avantages, les procédures de participation des communautés voisines et la reconnaissance des communautés voisines. Les cas choisis ont vécu une décision environnementale et économique publique et nationale: celle de conserver l'environnement. Cela a entraîné des modifications et des conséquences pour des communautés fragiles. La méthodologie privilégiée par la thèse est celle de l'étude de cas telle que définie par Yin (2003). Le coeur de notre réflexion est de comprendre les relations entre les communautés et les aires protégées et la façon dont ces relations peuvent être interpellées par le cadre offert par la JE. Dans ce contexte, l'étude de cas est une stratégie appropriée, car celle-ci est particulièrement adaptée pour répondre aux questions de recherche qui se penchent sur le pourquoi et le comment des phénomènes étudiés. Ce sont donc six communautés, voisines de deux parcs nationaux, qui ont été sélectionnées: trois communautés voisines du parc national FOI"illon, au Québec, et trois communautés voisines du parc national de la Guadeloupe, en France .. Les données recueillies sont organisées en trois catégories, qui serviront par la suite à l'analyse: la justice redistributive, la justice procédurale et la justice comme reconnaissance. L'analyse de la distribution des avantages et des contraintes démontre que les avantages de la conservation sont immatériels, comme l'image de marque des parcs, et ont une influence régionale en tant que produit d'appel touristique. Les contraintes et les restrictions d'usage sont, quant à elles, redistribuées localement. L'analyse des procédures de participation révèle que dans les deux cas, la procédure est perçue comme un exercice d'instrumentalisation de la participation locale afin de permettre aux parcs de mettre en place les projets et les solutions qu'ils croient adéquats. Elle n'est qu'une étape obligée dans le processus de mise en oeuvre des projets et peine à faire participer les communautés locales. Quant à la reconnaissance, dans les deux cas étudiés, celle-ci fait défaut. Le discours privilégié s'appuie sur des critères de conservation, d'intégrité écologique et de protection de la biodiversité. Ces discours amènent les deux parcs à interpréter les usages vernaculaires des communautés voisines avec la seule lentille de l'impact environnemental, vidant les usages vernaculaires de leur dimension sociale et identitaire. Par ailleurs, la faible capacité des six communautés à être des partenaires et parties prenantes à part entière n'est pas prise en compte par les parcs. En conclusion, la thèse confirme que les aires protégées et l'écotourisme peuvent représenter des enjeux de justice environnementale pour les communautés voisines des aires protégées lorsque celles-ci sont aux prises avec des problèmes de fragilité sociale et économique. Dans les deux cas étudiés, les relations entre les communautés voisines et les parcs nationaux sont complexes. En effet, ces espaces parcs produisent une patrimonialisation des écosystèmes et une valorisation économique de leur protection, mais ce processus est aussi, dans les deux cas, une dévalorisation et une réduction des pratiques locales et vernaculaires, dont l' inscription territoriale, en un phénomène folklorique. Ainsi, ces parcs participent à la production de l'espace, et les modifications imposées aux communautés voisines dans la production de cet espace parc, qui est aussi espace touristique, soulèvent des enjeux de distribution, de reconnaissance et de procédure de participation.

Type de document: Thèse ou Mémoire (Thèse)
Directeur de mémoire/thèse: Gagnon, Christiane
Informations complémentaires: Thèse présentée dans le cadre du programme de doctorat en développement régional en vue de l'obtention du grade de Philosophiae Doctor.
Mots-clés: Parc National Ecotourisme Tourisme Forillon Guadeloupe Developpement Regional Aire Protege Communaute Peripherique
Départements et unités départementales: Département sociétés, territoires et développement > Développement régional
Déposé par: DIUQAR UQAR
Date de dépôt: 09 juill. 2013 19:45
Dernière modification: 09 juill. 2013 19:45
URI: http://semaphore.uqar.ca/id/eprint/735

Actions (Identification requise)

Dernière vérification avant le dépôt Dernière vérification avant le dépôt