Collections de documents électroniques
RECHERCHER

Dégradation des glaces de mer et biogéographie des îles marines canadiennes

Bédard, Marie Claire (2008). Dégradation des glaces de mer et biogéographie des îles marines canadiennes. Mémoire. Rimouski, Québec, Université du Québec à Rimouski, Département de biologie, chimie et géographie, 106 p.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (6MB)

Résumé

Au cours des dernières décennies, le couvert de glaces de mer de l'Hémisphère Nord a connu des changements importants, avec des conséquences sur l'écologie d'espèces animales. Notre objectif central était de décrire comment la biogéographie des îles marines du nord et de l'est canadien (i.e. celles situées dans la partie est de la mer de Beaufort, l'archipel arctique canadien, la baie d'Hudson, la baie de Baffin, la mer du Labrador et le Golfe du St-Laurent, soit 2973 îles de plus de 1 km2 ) pourrait être affectée par la dégradation actuelle du couvert de glaces de mer. Nous avons privilégié une approche à deux échelles spatiales. À l'échelle régionale nous avions comme objectifs de vérifier de façon quantitative si, d'une part, des changements dans l'étendue des glaces sont observables à l'échelle de notre aire d'étude. D'autre part, nous voulions quantifier les impacts de ces changements sur l'environnement glacé des îles marines situées dans notre aire d'étude. L'analyse de chartres de glaces (Service canadien des glaces) montre que, de 1980 à 2005, les étendues minimales (période estivale) et maximales (période hivernale) des glaces dans notre aire d'étude ont diminué (5.2 et 1.7% par décennie, respectivement). Ces changements se traduisent par une diminution (12.3 % par décennie) du nombre d'îles passant l'année entourée de glace et une augmentation (3.5 % par décennie) du nombre d'îles passant toute l'année en eau libre. Cependant, en raison d'une variabilité interannuelle élevée, ces tendances ne sont pas statistiquement significatives. Comme la réduction de l'étendue maximale des glaces se traduit, au sud de notre aire d'étude, par une disparition des ponts de glace et une réduction majeure des probabilités de migration de certaines espèces animales, ces changements pourraient avoir une plus grande significativité biologique que ceux observés pour l'étendue minimale (au nord de l'aire d'étude). À l'échelle locale, nous avions comme premier objectif de reconstruire l'historique de la température de l'air et du pont de glace d'une île (l'île Bonaventure) située à la limite sud de notre aire d'étude, là où nous anticipons les changements les plus significatifs dans l'état des glaces. Grâce à des entrevues semi-dirig~es réalisées en 2006 auprès de neuf personnes vivant dans le secteur de l'île nous savons maintenant que, depuis le début du siècle dernier (les entrevues couvrent la période de 1920 (environ) à 2006), le pont de glace reliant l'île Bonaventure au continent se forme de moins en moins souvent et que lorsqu'il se forme, il est moins épais et dure moins longtemps que dans le passé. Nous avons pu associer ces changements avec un réchauffement des températures hivernales dans la région. Nos autres objectifs avaient tous pour but d'évaluer les impacts possibles de cette dégradation du pont de glace sur l'écosystème qu'abrite cette île. Ces objectifs spécifiques étaient 1) de rassembler des informations sur la composition de l'écosystème en espèces potentiellement affectées par la présence/absence d'un pont de glace (entrevues semi-dirigées, captures) 2) de rassembler des informations sur l'utilisation du pont de glace par les organismes vivants de l'île Bonaventure (entrevues semi-dirigées), 3) d'évaluer de façon plus détaillée la vulnérabilité d'une population (renards roux) apparaissant comme particulièrement dépendante de la présence de ponts de glace (capture, marquage, observations et télémétrie) et 4) de mieux comprendre les liens entre cette population de renards et le reste de l'écosystème (capture, marquage, télémétrie et observations). Les travaux de terrain exécutés durant l'été 2005 nous ont permis de répondre à ces quatre objectifs et de déterminer que la population de renards est vulnérable à une raréfaction du pont de glace, car l'isolement qui en découle augmente les risques de disparition de cette petite population (4-5 adultes). Dans le cas d'une disparition de la population de renards, nous supposons que certaines espèces (vertébrés herbivores et certains colonies d'oiseaux), pourraient proliférer, engendrant des conséquences diverses aux autres niveaux trophiques. À moins, bien sur, que les autres prédateurs terrestres de l'île (hermines et oiseaux de proie) n'arrivent à combler le vide laissé par les renards et suffisent à stabiliser ces populations. En combinant deux échelles spatiales (régionale et locale) et deux champs d'étude (biologie et géographie physique), cette étude permet de mieux comprendre les impacts locaux d'un changement global.

Type de document: Thèse ou Mémoire (Mémoire)
Directeur de mémoire/thèse: Berteaux, Dominique
Informations complémentaires: Mémoire présenté à l'Université du Québec à Rimouski comme exigence partielle du programme de maîtrise en gestion de la faune et de ses habitats. Publié aussi en version papier.
Mots-clés: Degradation Changement Couvert Glace Mer Biogeographie Ile Marin Maritime Canada Impact Variation Environnement Ecosysteme
Départements et unités départementales: Département de biologie, chimie et géographie > Biologie
Déposé par: DIUQAR UQAR
Date de dépôt: 10 févr. 2011 18:37
Dernière modification: 10 févr. 2011 18:37
URI: http://semaphore.uqar.ca/id/eprint/56

Actions (Identification requise)

Dernière vérification avant le dépôt Dernière vérification avant le dépôt