Collections de documents électroniques
RECHERCHER

Colonisation et dispersion des fourmis dans les débris ligneux après feu dans le Nord de la forêt boréale du Québec

Boucher, Philippe (2007). Colonisation et dispersion des fourmis dans les débris ligneux après feu dans le Nord de la forêt boréale du Québec. Mémoire. Rimouski, Québec, Université du Québec à Rimouski, Département de biologie, chimie et géographie, 97 p.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (4MB)

Résumé

En forêt boréale, les feux sont d'importantes perturbations naturelles qui induisent de grandes modifications dans les communautés animales et végétales établies dans les territoires affectés. Les incendies transforment les arbres vivants en une nécromasse ligneuse considérable qui joue plusieurs rôles écologiques dont l'un des principaux est de servir d'abri pour une grande variété d'organismes. Dans plusieurs habitats, les fourmis sont d'importantes colonisatrices des débris ligneux et, par cette ubiquité, elles pourraient influencer positivement le processus de décomposition des débris ligneux. Le premier objectif du mémoire est d'effectuer une première caractérisation fine des patrons de colonisation des débris ligneux par les fourmis à l'intérieur d'une longue chrono séquence de feux (62 ans). La présente étude a mis en évidence que les débris ligneux constituent d'importants sites de nidification pour les fourmis. Ces dernières colonisent rapidement les débris introduits à la suite d'incendie et persistent à l'intérieur de ces structures pendant au moins 60 ans après les feux. Huit espèces ont été retrouvées à l'intérieur des débris et parmi celles-ci, deux sont dominantes soit Leptothorax cf. canadensis et Myrmica alaskensis. Les débris ligneux ont 35 fois plus de chance d'être colonisés par les fourmis s'ils sont sous la forme de bille au sol. Il existerait une interaction positive entre L. cf. canadensis et les galeries du longicorne noire (Monochamus scutellatus). En effet, les galeries creusées par ces derniers en début de succession faciliteraient la colonisation subséquente des débris ligneux par cette petite fourmi. Les nids de la majorité des espèces se retrouvent principalement dans l' aubier et/ou le coeur et le volume occupé dans le débris varie grandement entre les espèces. La colonisation du bois mort par les fourmis modifie le ratio C : N en important de l'azote. Il pourrait s'agir d'une importation directe due aux déjections des fourmis ou indirecte en inoculant des souches fongiques qui fixeraient l'azote atmosphérique. Ces résultats sont particulièrement intéressants pour l'établissement du rôle des fourmis dans la décomposition du bois après feu. Le second objectif consiste à caractériser la structure génétique d'une espèce de fourmi de la région, L. cf. canadensis, afin de déterminer quelles sont les stratégies de dispersion d'un insecte social dans un milieu hautement influencé par les feux de forêt. La structure génétique des populations de L. cf. canadensis est affectée par le caractère hautement dynamique des incendies dans ce secteur de la forêt boréale. Un excès d' hétérozygotes a été détecté dans chacune des souspopulations à l'intérieur des feux. Quatre facteurs principaux pourraient expliquer cet excès, soient des goulots d'étranglement génétique récents, un système de détermination du sexe favorisant l'hétérogamie, une migration importante entre les sites de même qu'une dispersion biaisée entre les femelles et les mâles. Dans l'ensemble, la différentiation génétique entre les sous-populations est modérée et il n' existe pas de relation entre la distance génétique et la distance géographique. La partition de la variation génétique indique que les sous-populations d'un même feu sont génétiquement plus différenciées que les populations entre les feux. Ainsi, dans un milieu instable comme la forêt boréale, modelée par les incendies, la structure génétique d'une population serait davantage déterminée par la migration plutôt que par les processus postcolonisations comme la dérive génique et les mutations. Ceci a pour effet de créer une mosaïque de populations à l'intérieur des peuplements brûlés et de maintenir un état de déséquilibre génétique au sein de la population ainsi qu'à l'intérieur des différentes sous-populations.

Type de document: Thèse ou Mémoire (Mémoire)
Directeur de mémoire/thèse: Sirois, Luc
Co-directeur(s) de mémoire/thèse: Hébert, Christian
Informations complémentaires: Mémoire présenté à l'Université du Québec à Rimouski comme exigence partielle du programme de maîtrise en gestion de la faune et de ses habitats. Publié aussi en version papier.
Mots-clés: Fourmi Leptothorax Canadensis Myrmica Alaskensis Colonisation Dispersion Debris Ligneux Feu Foret Boreal Caraterisation Genetique Quebec Province
Départements et unités départementales: Département de biologie, chimie et géographie > Biologie
Déposé par: DIUQAR UQAR
Date de dépôt: 14 févr. 2011 15:51
Dernière modification: 14 févr. 2011 15:51
URI: http://semaphore.uqar.ca/id/eprint/37

Actions (Identification requise)

Dernière vérification avant le dépôt Dernière vérification avant le dépôt