Collections de documents électroniques
RECHERCHER

Utilisation de polymères de chitosane dans la formulation de peintures marines anti-salissures

Laliberté-Bonnet, Claudie (2005). Utilisation de polymères de chitosane dans la formulation de peintures marines anti-salissures. Mémoire. Rimouski, Québec, Université du Québec à Rimouski, Institut des sciences de la mer de Rimouski, 86 p.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (6MB)

Résumé

Les conséquences environnementales découlant de l'utilisation de peintures antisalissures à base de métaux lourds ont mis en évidence l'urgence de développer de nouvelles alternatives sécuritaires pour le milieu marin. Des composés écologiques capables de restreindre la croissance des salissures, et particulièrement des premiers stades bactériens et algaux, sont recherchés. Polymère abondant et dérivé de résidus de crevettes, le chitosane possède des propriétés antibactériennes et antialgales bien connues qui pourraient s'avérer utiles en tant qu'ingrédient bioactif dans une peinture anti-salissure. Des polymères de chitosanes, variant en poids moléculaire et en degré de désacétylation, ont été ajoutés à une peinture marine commerciale au polyuréthane et à la silicone, Easypoxy. Leur efficacité a été comparée avec des peintures anti-salissures existantes dans un test d'immersion statique effectué dans des eaux nordiques et salées. Les résultats, obtenus suite à des analyses biologiques et chimiques détaillées des premiers moments de la colonisation, démontrent une activité antibactérienne du chitosane. Cependant, les peintures au chitosane, tout comme les peintures sans additif Easypoxy, n'ont démontré aucune action anti-algale. De plus, les observations microscopiques révèlent une plus grande diversité de diatomées à la surface des peintures au chitosane et de la peinture Easypoxy qu'à la surface des peintures à base de cuivre, indiquant une action anti-algale réelle et ciblée de l'oxyde de cuivre. Bien qu 'une efficacité antisalissures, autant antibactérienne qu'antialgale, des peintures à base d'oxyde de cuivre, Bottomkote XXX, soit observée, et particulièrement celles auxquelles les biocides organiques Sea-Nine 211 et Copper Omadine sont ajoutés, le poids total de matière organique récolté à la surface des plaquettes n'est pas significativement différent d'une peinture à l'autre, même après 63 jours d'immersion. À long terme, l'emploi du cuivre et de biocides n'apparaît pas être avantageux. La biomasse totale mesurée à la surface d' Easypoxy semble toutefois présenter des valeurs supérieures aux autres. Toutes les méthodes utilisées ont bien sûr permis de comparer l'efficacité des différentes peintures testées, mais aussi de suivre de façon précise et détaillée la progression de la colonisation par les salissures marines dans les premiers temps d'immersion des structures marines dans les eaux froides du Saint-Laurent. De plus, les résultats obtenus démontrent bien que l'utilisation du chitosane en tant qu 'agent anti-bactérien combiné à un composé anti-algal écologique pourrait s'avérer une perspective de développement de peintures mannes sécuritaires pour l'environnement.

Type de document: Thèse ou Mémoire (Mémoire)
Directeur de mémoire/thèse: Pelletier, Émilien
Informations complémentaires: Mémoire présenté à l'Université du Québec à Rimouski comme exigence partielle du programme de maîtrise en océanographie. Paraît aussi en éd. imprimée.
Mots-clés: Chitosane Polymere Peinture Marin Anti-salissure Biocide Efficacite
Départements et unités départementales: Institut des sciences de la mer de Rimouski (ISMER) > Océanographie
Déposé par: DIUQAR UQAR
Date de dépôt: 18 janv. 2011 18:07
Dernière modification: 18 janv. 2011 18:07
URI: http://semaphore.uqar.ca/id/eprint/340

Actions (Identification requise)

Dernière vérification avant le dépôt Dernière vérification avant le dépôt