Collections de documents électroniques
RECHERCHER

Sélection de l'habitat par le coyote, Canis latrans, dans le contexte de la conservation du caribou de la Gaspésie

Boisjoly, Dominic (2007). Sélection de l'habitat par le coyote, Canis latrans, dans le contexte de la conservation du caribou de la Gaspésie. Mémoire. Rimouski, Québec, Université du Québec à Rimouski, Département de biologie, chimie et géographie, 61 p.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (3MB)

Résumé

Les perturbations anthropiques peuvent favori ser l' établissement et la prolifération d ' un prédateur dans un milieu qui peut à son tour menacer une espèce proie. Dans le cadre de cette étude, nous nous sommes intéressés à la sélection de l' habitat par le coyote de l'E st, un prédateur du caribou de la Gaspésie, une population en voie de disparition. Nous avons émis l' hypothèse qu 'en forêt boréale, les coyotes sé lectionnent les coupes fore stières car la nourriture y est davantage accessible. Pour tester cette hypothèse, des colliers GPS ont été posés sur 23 coyotes et la sélection de l'habitat a été déterminée à l'échelle du paysage et à l'échelle du domaine vital. Les aires d' utili sation intensive ont également été caractérisées afi n d'étudier la sélection des ressources. Des fèces ont aussi été récoltées pour déterminer la composition du régime alimentaire. Indépendamment de l' échelle d'analyse, les coyotes préféraient les coupes de 5 à 20 ans alors qu ' ils év itaient les forêts de résineux matures. Les coupes de 5-20 ans présentaient une grande disponibilité de carcasses d'orignaux et de petits fruits. D 'après la littérature, il s'agit aussi d'un milieu propice à la capture du lièvre. L' importance de ces ressources alimentaires dans l'écologie des coyotes a été démontrée par l' inventaire des aires d'utili sation intensives et par l' analyse du régime alimentaire. Par exemple, des restes d'orignaux ont été retrouvés dans 45 % des aires d ' utilisation intensive et cette espèce représentait 51 % du régime alimentaire sur une base annuelle. Les perturbations anthropiques en forêt boréale semblent donc favori ser le coyote. Nos résultats indiquent que la prédation par débordement sur le caribou devrait être une hypothèse à considérer pour expliquer la relation coyote-caribou. Pour favoriser la protection du caribou, nous recommandons de conserver autour de l'aire utilisée par ces derniers une zone tampon constituée de résineux matures. Une diminution de la coupe forestière engendrerait un milieu moins favorable aux coyotes et favoriserait ainsi une plus grande ségrégation spatiale entre le coyote et le caribou. Nous recommandons également de réduire l'abondance de l'orignal par l'entremise d' une exploitation moins restrictive de cette espèce.

Type de document: Thèse ou Mémoire (Mémoire)
Directeur de mémoire/thèse: Ouellet, Jean-Pierre
Co-directeur(s) de mémoire/thèse: Courtois, Réhaume
Informations complémentaires: Mémoire présenté à l'Université du Québec à Rimouski comme exigence partielle du programme de maîtrise en gestion de la faune et de ses habitats. Parait aussi en éd. imprimée.
Mots-clés: Coyote Canis Latrans Habitat Selection Utilisation Regime Alimentaire Proie Gaspesie
Départements et unités départementales: Département de biologie, chimie et géographie > Biologie
Déposé par: DIUQAR UQAR
Date de dépôt: 19 janv. 2011 16:33
Dernière modification: 19 janv. 2011 16:33
URI: http://semaphore.uqar.ca/id/eprint/318

Actions (Identification requise)

Dernière vérification avant le dépôt Dernière vérification avant le dépôt