Collections de documents électroniques
RECHERCHER

Les préférencess alimentaires du cerf de Virginie selon le contenu biochimique des plantes et la saison

Dostaler, Simon (2007). Les préférencess alimentaires du cerf de Virginie selon le contenu biochimique des plantes et la saison. Mémoire. Rimouski, Québec, Université du Québec à Rimouski, Département de biologie, chimie et géographie, 67 p.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (2MB)

Résumé

Des expériences en milieu contrôlé peuvent fournir des informations pertinentes sur la sélection des ressources des herbivores. Au Québec, l'augmentation d' abondance du Cerf de Virginie (Odocoileus virginianus) inquiète à cause des dommages qu'ils peuvent engendrer dans les écosystèmes par leur consommation excessive de végétaux dont plusieurs espèces menacées. L'objectif principal de cette étude était de relier les préférences alimentaires du cerf de Virginie au contenu biochimique (protéines, fibres et tannins) des plantes qu'ils consomment, en tenant compte de la saison. Dans cette optique, nous avons réalisé en 2004 et 2005 des tests de type cafétéria avec des cerfs captifs. Nous avons contrôlé pour la disponibilité de la nourriture offerte et réalisé les tests au cours des quatre saisons. Pour chaque test, huit espèces de plantes cultivées ou sauvages étaient offertes en quantité égale et un indice de préférence était calculé pour chaque plante et chaque cerf. Nous avions prédit que les préférences seraient positivement liées au contenu protéique à la fin du printemps et en été (juin, juillet et août), tandis qu ' elles devraient être liées positivement à l' énergie digestible à l'automne et au cours de l' hiver (septembre, octobre et février). Les plantes contenant des tannins devraient être évitées. Les meilleurs modèles que nous avons obtenus à partir du critère d' Akaike incluent tous une seule composante biochimique qui varie parfois d' un mois à l' autre. Les préférences étaient corrélées au contenu protéique en juin, juillet, octobre et février. Les préférences étaient aussi reliées négativement aux fibres en août et septembre. Même si une seule constituante biochimique des plantes explique bien leur préférence à un moment précis de l'année, il est vraisemblable que le choix alimentaire se base sur un ensemble de variables puisque les modèles prédictifs alternatifs sont adéquats dans bien des cas. Par exemple, les préférences étaient aussi secondairement reliées à la digestibilité, probablement parce que les besoins protéiques étaient comblés par la plupart des plantes au cours de l'été. Pour obtenir une compréhension globale de la sélection des ressources par les herbivores, nos résultats indiquent qu'il sera nécessaire de tenir en compte la variabilité des contenus végétaux dans le temps et dans l'espace.

Type de document: Thèse ou Mémoire (Mémoire)
Directeur de mémoire/thèse: Ouellet, Jean-Pierre
Co-directeur(s) de mémoire/thèse: Huot, Jean
Informations complémentaires: Mémoire présenté à l'Université du Québec à Rimouski comme exigence partielle du programme de maîtrise en gestion de la faune et de ses habitats. Publié aussi en version papier.
Mots-clés: Cerf Virginie Chevreuil Odocoileus Virginianus Preference Aliment Alimentation Selection Vegetation Plante Composition Biochimie Variation Nourriture Saison
Départements et unités départementales: Département de biologie, chimie et géographie > Biologie
Déposé par: DIUQAR UQAR
Date de dépôt: 01 févr. 2011 14:24
Dernière modification: 01 févr. 2011 14:24
URI: http://semaphore.uqar.ca/id/eprint/233

Actions (Identification requise)

Dernière vérification avant le dépôt Dernière vérification avant le dépôt