Collections de documents électroniques
RECHERCHER

La pensée, l'action et la finalité de la recherche fondamentale à l'épreuve du partenariat d'affaires université-entreprise privée : une lecture éthique

Caron, Luc (2006). La pensée, l'action et la finalité de la recherche fondamentale à l'épreuve du partenariat d'affaires université-entreprise privée : une lecture éthique. Mémoire. Rimouski, Québec, Université du Québec à Rimouski, Département de lettres et humanités, 149 p.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (7MB)

Résumé

Le partenariat d'affaire université-entreprise privée en recherche fondamentale affecte la production du savoir en induisant chez les gens de science des comportements déviant de l'ethos scientifique traditionnel. Telle est l'hypothèse que nous avons mise à l'épreuve en menant des entrevues auprès de chercheurs, de professionnels de recherche et d'étudiants gradués en recherche fondamentale. Par une mise en situation suggérant l'existence de cadres de logique décisionnelle propres à l'espace démocratique, expérimental et gouvernemental, nous avons pu établir que les chercheurs interviewés véhiculent des perceptions particulières de la société, du gouvernement, du milieu des affaires et de la science, qui induisent des pensées, des actions et des finalités différentes de celles des gens d' affaires. Ainsi, les chercheurs donnent sens à leur travail en valorisant l'avancement des connaissances, la diffusion du savoir-faire et des connaissances ainsi que les études supérieures. Ils s' attendent donc à ce que les gens d'affaires aient peu d' intérêt envers les valeurs intrinsèques de la recherche fondamentale, à ce que le gouvernement encourage une structure qui respecte la culture universitaire et finalement à ce que la population reconnaisse l'utilité du rôle des chercheurs dans la société. Cette valorisation par les chercheurs du rôle utilitaire de la science, de même que l'expression d'attentes liées au contexte actuel, sont à interpréter comme la manifestation d' une certaine évolution de l'ethos traditionnel de la science, qui ne remet toutefois pas en question l' identité culturelle propre au milieu de la recherche fondamentale, ni la volonté d'autorégulation qui la caractérise. Des enjeux éthiques se dégagent de ces résultats d' enquête. On peut certes adhérer à la crainte des chercheurs face à l'ingérence du milieu des affaires dans les infrastructures et les ressources publiques de la recherche : elle situe hors du champ démocratique des décisions qui concernent toute la population. Toutefois, l' hégémonie des scientifiques est aussi à questionner car, en se présentant comme seuls dépositaires du savoir de la société, ils détiennent un pouvoir décisionnel prépondérant sur les études supérieures et sur les institutions qui déterminent les orientations de la recherche. Selon l' idéal démocratique, l' autorégulation du milieu des affaires dans la mise en marché de biens ou de services issus des biotechnologies, ou celle du milieu de la recherche quant au choix des orientations de la recherche, ne peuvent échapper à un cadre hétérorégulatoire visant à actualiser une éthique commune, une éthique de société. Même si les chercheurs se reconnaissent une responsabilité sociale largement associée à la production d' un savoir de qualité, les autres considérations éthiques sont pratiquement absentes de leur logique décisionnelle, notamment en raison de la préséance accordée à la liberté expérimentale. On peut même déceler dans les propos des chercheurs une certaine méfiance face à l'hétérorégulation gouvernementale et démocratique, qu' ils justifient en invoquant l'ignorance du public envers leur identité culturelle, qui serait la source des contraintes brimant la liberté intellectuelle et la curiosité scientifique, en particulier les contraintes économiques et réglementaires. Afin de maintenir le soutien financier de la population, les chercheurs reconnaissent l'importance d'améliorer leur réputation par une meilleure vulgarisation de leurs travaux. Par contre, le partenariat d' affaires en tant que solution économique dérange le milieu de la recherche fondamentale, à la manière d' un phénomène d'acculturation. À ce sujet, faisant le lien entre les cultures affairiste, universitaire et postmoderne, les chercheurs réclament justice dans la répartition de la richesse générée par les entreprises qui exploitent les découvertes de la recherche fondamentale et ce, par la mise en place de fonds de dotations, ainsi que de structures gouvernementales adéquates. Si le milieu des affaires et le milieu universitaire représentent deux cultures distinctes initiant des pensées, des actions et des finalités différentes, les orientations autorégulatoires de l'une et de l'autre nécessitent l'approbation démocratique de la population et rendent incontournable un débat public véritable sur les enjeux de la recherche fondamentale.

Type de document: Thèse ou Mémoire (Mémoire)
Informations complémentaires: Mémoire présenté à l'Université du Québec à Rimouski comme exigence partielle du programme de maîtrise en éthique. Paraît aussi en éd. imprimée.
Mots-clés: Partenariat Affaires Universite Entreprise Prive Recherche Fondamental Chercheur Entrepreneur Soutien Financier Impact Autonomie Enjeu Aspect Ethique
Départements et unités départementales: Département de lettres et humanités > Éthique
Déposé par: DIUQAR UQAR
Date de dépôt: 03 févr. 2011 20:00
Dernière modification: 03 févr. 2011 20:01
URI: http://semaphore.uqar.ca/id/eprint/170

Actions (Identification requise)

Dernière vérification avant le dépôt Dernière vérification avant le dépôt