Collections de documents électroniques
RECHERCHER

Quand la pluie traverse les murs ; suivi de L'objet comme figure spatiale à part entière dans Cet imperceptible mouvement d'Aude

Téléchargements

Téléchargements par mois depuis la dernière année

Plus de statistiques...

Huard, Maude (2017). Quand la pluie traverse les murs ; suivi de L'objet comme figure spatiale à part entière dans Cet imperceptible mouvement d'Aude. Mémoire. Rimouski, Québec, Université du Québec à Rimouski, Département de lettres et humanités, 208 p.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (1MB) | Prévisualisation

Résumé

RÉSUMÉ: Le présent mémoire poursuit deux objectifs intimement liés. Dans un premier temps, il vise l'exploration d'un procédé littéraire relatif à l'espace textuel : l'utilisation de l'objet comme figure spatiale, par le biais de l'écriture d'un roman par nouvelles intitulé Quand la pluie traverse les murs. Dans un second temps, il vise à établir que les objets dans le recueil de nouvelles Cet imperceptible mouvement d’Aude s’avèrent des figures spatiales à part entière. Le volet création est constitué de treize nouvelles mettant en scène quatre membres d'une même famille. L'enjeu de chaque nouvelle, qui se déploie dans l'une des pièces de la maison, se dessine plus particulièrement dans un objet, en apparence banal, qui, par le regard des personnages, devient un espace second, un reflet des désirs ou des souffrances du protagoniste. Alors que l’autonomie des nouvelles est assurée par leur densité et par la symbolique créée autour de chacun des objets, le roman ‒ cette structure qui, à la manière du recueil, englobe les nouvelles ‒ s'élabore quant à lui grâce à la durée dans laquelle s’inscrivent les nouvelles, par la cotextualisation et par les échos créés par des éléments récurrents : les quatre personnages, le lieu (la maison familiale), mais aussi certains objets, qui peuvent revenir d'une nouvelle à l'autre. Le volet réflexif réfère aux théories de l'espace de Fernando Lambert et Christiane Lahaie de même qu’à certains aspects de la définition du genre nouvellier afin de montrer que l’objet, dans Cet imperceptible mouvement ‒ plus particulièrement dans « Tout est ici », « Iris » et « Le colis de Kyoto » ‒, s’avère un lieu en soi. Il est divisé en deux chapitres. Le premier chapitre, intitulé « L’objet comme synecdoque du lieu », montre que la nouvelle, par ses impératifs de brièveté, confère parfois aux objets une plus grande importance qu'au lieu lui-même. Le deuxième chapitre, intitulé « L’objet comme métonymie du personnage », montre que l’objet tend à devenir un espace symbolique reflétant les états d'âme du personnage, remplaçant le cadre dans la réversibilité cadre-personnage définie par Pierre Tibi. -- Mot(s) clé(s) en français : Figure spatiale. Objet. Nouvelle. Aude. Brièveté. Synecdoque. Métonymie. -- ABSTRACT: The following dissertation pursues two closely intertwined objectives. First, it aims to explore a literary process related to the textual spaces, the use of the object as a spatial figure, through the short story cycle entitled Quand la pluie traverse les murs. Secondly, it aims to establish that the objects in the collection of short stories Cet imperceptible movement from Aude are spatial figures. The book Quand la pluie traverse les murs contains thirteen short stories that feature the four members of a family. The plot of each story, which unfolds in one of the rooms of the house, is drawn specifically from a seemingly mundane object, which, through the eyes of the characters, becomes a second space, moreover, a reflection of the characters’ desires and sufferings. While the short stories are self-contained through their density and by the symbolism created around each object, the novel ‒ this structure which, like the collection, encompasses the short stories ‒is elaborated in itself through the rhythm in which the short stories are inscribed, the cotextualization and by the recurrence of different elements : the four characters, the location (the family house), and mundane objects which return from one short story to the other. The essay refers to the space theories of Fernando Lambert and Christiane Lahaie as to some aspects of the definition of the short story in order to show that the object in Cet imperceptible movement ‒ specifically in “Tout est ici”, “Iris” and “Le colis de Kyoto” ‒ is a place in itself. It is divided into two chapters. The first, entitled “L’objet comme synecdoque du lieu”, shows that the short story, by its imperatives of brevity, sometimes confers to objects greater importance than to the location itself. The second chapter, entitled “L’objet comme métonymie du personage”, demonstrates that the object tends to become a symbolic space reflecting the character’s state of mind, replacing the setting in the setting-character reversibility defined by Pierre Tibi. -- Mot(s) clé(s) en anglais : Spatial figure. Object. Short story. Aude. Brevity. Synecdoche. Metonymy.

Type de document : Thèse ou Mémoire (Mémoire)
Directeur de mémoire/thèse : Deslauriers, Camille
Information complémentaire : Mémoire présenté dans le cadre du programme de maîtrise en Lettres en vue de l'obtention du grade de maître ès arts.
Mots-clés : Nouvelle Aude Objet Figure Spatial Espace Lieu Brievete Synecdoque Metonymie
Départements et unités départementales : Département de lettres et humanités > Lettres
Déposé par : DIUQAR UQAR
Date de dépôt : 05 avr. 2018 17:47
Dernière modification : 05 avr. 2018 17:47
URI : http://semaphore.uqar.ca/id/eprint/1340

Actions (Identification requise)

Dernière vérification avant le dépôt Dernière vérification avant le dépôt