Collections de documents électroniques
RECHERCHER

Réponses individuelles et fonctionnelles en sélection d'habitat et régime alimentaire de l'ours noir en forêt boréale aménagée

Téléchargements

Téléchargements par mois depuis la dernière année

Plus de statistiques...

Lesmerises, Rémi (2017). Réponses individuelles et fonctionnelles en sélection d'habitat et régime alimentaire de l'ours noir en forêt boréale aménagée. Thèse. Rimouski, Québec, Université du Québec à Rimouski, Département de biologie, chimie et géographie, 215 p.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (3MB) | Prévisualisation

Résumé

RÉSUMÉ: La variabilité comportementale à l’intérieur même d’une espèce ou d’une population est un concept de plus en plus étudié en écologie. Malgré tout, de nombreuses études menées à l’échelle populationnelle ignorent ou tentent de considérer cet effet uniquement dans le but d’identifier des tendances générales et généralisables. Cette thèse avait comme objectif central de quantifier la variabilité interindividuelle et de décrire ses impacts sur le comportement d’une espèce généraliste et sur l’interprétation des résultats issus d’analyses communément utilisées. Plus précisément, je visais à expliquer cette variabilité par plusieurs facteurs potentiels et quantifier leur importance relative. Cette variabilité peut être observée dans plusieurs facettes du comportement animal; j’ai décidé de l’étudier dans le régime alimentaire et dans la sélection d’habitat de l’ours noir (Ursus americanus). Le premier chapitre s’intéresse donc au régime alimentaire en reliant le contenu des fèces d’ours connus à leurs caractéristiques individuelles (c.-à-d. sexe, âge, condition physique, statut reproducteur) et aux habitats visités lors de l’ingestion. Je souhaitais ainsi déterminer si la diète et la stratégie de quête alimentaire variaient entre les individus suivis et tenter d’expliquer ces différences. Une grande variabilité a été retrouvée au sein de la population étudiée. À titre d’exemple, les femelles accompagnées d’oursons se concentraient sur des ressources plus riches en protéines et dans les habitats offrant davantage de couvert de protection. Les mâles et les individus en meilleure condition physique concentraient leurs efforts sur des ressources riches en énergie, facilement digestibles et présentes en milieu plus ouverts. Le deuxième chapitre visait à vérifier si la variabilité observée à l’intérieur du régime alimentaire se retrouvait aussi dans le comportement de sélection d’habitat. Plus précisément, je souhaitais mettre en lumière le risque éventuel à ne pas considérer la variabilité interindividuelle et plutôt à se fier uniquement aux estimés populationnels. Les résultats obtenus démontrent qu’il existe bien une grande diversité de patrons comportementaux de sélection d’habitat, et que cette diversité est telle qu’elle peut biaiser les coefficients de sélection envers certains habitats en ne représentant seulement qu’une partie de l’échantillon suivi. Ainsi, des estimés nuls peuvent cacher des réponses fortes mais opposées au sein de l’échantillon, alors que qu’un estimé significativement différent de zéro peut être le résultat d’une réponse forte d’une majorité d’individus composant l’échantillon, alors que les autres individus présentent une réponse nulle ou opposée à la réponse dominante. En fait, seulement 40% des estimés populationnels obtenus étaient représentatifs des estimés individuels. Le statut reproducteur, l’âge et la condition physique étaient les variables expliquant principalement cette variabilité comportementale. À titre d’exemple, les femelles accompagnées d’oursons préféraient les forêts matures alors que les individus en bonne condition physique, plus âgés et les mâles sélectionnaient davantage les milieux plus ouverts (p. ex. : coupes récentes et tourbières). Le troisième chapitre s’attardait à identifier la source de variabilité influençant le plus le comportement individuel parmi celles reconnues dans la littérature scientifique, en rapport avec les structures anthropiques que sont les routes et les chalets. Les caractéristiques individuelles avaient moins d’impact sur les différences comportementales observées face aux routes et aux chalets qu’envers les catégories d’habitat, rejoignant certains résultats du chapitre 2. Les réponses fonctionnelles et l’apparentement génétique entre les individus semblaient quant à eux avoir une influence plus importante sur la variabilité du comportement. Une plus grande densité des structures anthropiques dans le domaine vital saisonnier conduisait en effet à une plus grande sélection pour certaines structures lors de certaines saisons. Les individus plus apparentés démontraient quant à eux des comportements davantage similaires. En conclusion, cette thèse démontre l’importance de considérer la variabilité interindividuelle lors de l’étude du comportement animal. L’ignorer – ou tenter seulement de la contrôler statistiquement – peut mener à des résultats erronés en plus de sous-utiliser des données recueillies, offrant ainsi un portrait incomplet du comportement étudié. Les sources de variabilité influençant le comportement animal s’avérant nombreuses, cette thèse justifie d’en considérer autant que possible. -- Mot(s) clé(s) en français : Apparentement, chalets, comportement, diète, génétique, ours noir, quête alimentaire, réponse fonctionnelle, routes, sélection d’habitat, structures anthropiques, variabilité interindividuelle. -- ABSTRACT: Individual variability within a species or a population is an increasingly studied concept in ecology. However, numerous studies conducted at the population scale ignored individual variability or attempted to control its effects in order to highlight general patterns. The main objective of this dissertation was to quantify inter-individual variability and to describe its impacts on the behaviour of a generalist species as well as on the interpretation of results obtained from commonly used analyses. More precisely, I aimed at explaining this variability using many different potential factors and quantifying their relative importance. Such variability could be observed in many facets of animal behaviour; I have decided to study it using black bear (Ursus americanus) foraging strategies and habitat selection. The first chapter focused on bear diet and linked feces composition to individual characteristics (i.e. sex, age, body condition, reproductive status) and to habitat visited during foraging bouts. The objective was to determine if foraging strategies and diet varied among individuals and to attempt to explain why it occurred. I have found a great variability within the studied population. For example, females with cubs focused on protein-rich food sources and foraged mainly in habitats providing more cover. Males and individuals in good body condition concentrated their efforts on more energetic, easily digestible resources, found in abundance in open areas. The objective of the second chapter was to investigate if the variability observed in foraging behaviour and diet was also found in habitat selection behaviour. More precisely, I aimed at highlighting the potential risk of ignoring individual variability and relying on estimates obtained at the population level. The results obtained demonstrate that a great diversity in behavioural patterns of habitat selection exists and that this diversity could bias selection coefficients for some habitats by representing only a part of the sampled individuals. Thus, insignificant effect at the population level could hide strong and opposite responses among sampled individuals, while estimates significantly different from zero could simply represent the strongest responses of the majority, although other individuals show no response or the opposite behaviour. Only 40% of all the population estimates were representative of the patterns obtained from individual estimates (i.e. coefficients). Reproductive status, age and body condition were the main variables explaining this behavioural variability. For example, females with cubs selected mature forest while old individuals, those in good body condition and males selected open areas (e.g. young forest cuts and wetlands). The third chapter aimed at identifying the main sources of variability influencing individual habitat selection among those acknowledged in peer-reviewed literature, focusing on behavioural responses to anthropogenic disturbances (i.e. roads and cabins). Individual characteristics had less influence on differences in selection patterns to roads and cabins than to natural habitat, supporting some results obtained in chapter 2. Functional responses and genetic relatedness seemed to have an important influence on behavioural variability. A higher density of anthropogenic disturbances in seasonal home range was leading to a stronger selection toward these features, for some variables during certain seasons. Finally, genetically related individuals shared a more similar behaviour than unrelated bears. In conclusion, this dissertation demonstrates the importance of considering inter-individual variability when studying animal behaviour. Ignoring it – or simply tempting to controlling it in statistical analyses – could lead to biased results, to an underutilisation of collected data and, ultimately, to an incomplete portrayal of the studied behaviours. Furthermore, this dissertation justifies including as many sources as possible in statistical analyses as several sources of behavioural variability could influence animal behaviour. -- Mot(s) clé(s) en anglais : Anthropogenic structure, behaviour, black bear, cabin, diet, foraging strategy, functional response, genetic, habitat selection, inter-individual variability, relatedness, road.

Type de document : Thèse ou Mémoire (Thèse)
Directeur de mémoire/thèse : St-Laurent, Martin-Hugues
Information complémentaire : Thèse présentée comme exigence partielle du doctorat en biologie extensionné de l'Université du Québec à Montréal.
Mots-clés : Ours Noir Ursus Americanus Variabilite Interindividuel Comportement Regime Quete Alimentaire Selection Habitat
Départements et unités départementales : Département de biologie, chimie et géographie > Biologie
Déposé par : DIUQAR UQAR
Date de dépôt : 22 févr. 2018 15:38
Dernière modification : 22 févr. 2018 15:38
URI : http://semaphore.uqar.ca/id/eprint/1319

Actions (Identification requise)

Dernière vérification avant le dépôt Dernière vérification avant le dépôt