Collections de documents électroniques
RECHERCHER

L'acceptabilité sociale d'une initiative locale de développement : l'approbation communautaire du projet de Paysage humanisé de l'Estran (Gaspésie)

Pelletier, Élise (2017). L'acceptabilité sociale d'une initiative locale de développement : l'approbation communautaire du projet de Paysage humanisé de l'Estran (Gaspésie). Mémoire. Rimouski, Québec, Université du Québec à Rimouski, Département sociétés, territoires et développement, 339 p.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (4MB) | Prévisualisation

Résumé

RÉSUMÉ: Tournant la page d’une traditionnelle mise sous réserve caractérisée par une exclusion des populations locales, une tendance mondiale se démarque depuis quelques décennies, tentant d’harmoniser les impératifs de protection de l’environnement et celle de développement local des collectivités. Dans cette vague, le Québec se dota, en 2002, de la loi sur la conservation du patrimoine naturel, proposant un nouveau statut d’aire protégée auquel il n’existe encore à ce jour aucun équivalent en territoire québécois : le paysage humanisé. L’Estran fut l’une des premières régions québécoises à se lancer dans le processus d’obtention de ce nouveau statut. La région obtint d’ailleurs, en 2005, le premier statut de projet pilote au Québec. Se voulant un projet de société par et pour les communautés locales, le paysage humanisé, dont la gestion sera confiée aux autorités municipales, requiert, pour son obtention, une acceptabilité sociale de la part de la population. La présente étude cherche donc à déterminer si le projet de l’Estran présente bel et bien cette acceptabilité sociale. Dans le cadre de ce mémoire, le concept d’acceptabilité sociale, ne faisant que rarement consensus, est analysé sous le couvert de l’appropriation, dont nous dissocions deux formes distinctes : l’appropriation opérationnelle et l’appropriation perceptuelle. À ce concept d’appropriation sont liées deux notions au cœur de ce mémoire, soit la participation et le rapport au lieu. Ainsi, nous nous questionnons à savoir si ces deux éléments peuvent influencer, positivement comme négativement, l’appropriation de l’initiative par les communautés locales. Pour répondre à ces questionnements, une étude de cas a été réalisée en Estran, permettant de rencontrer divers acteurs du territoire ayant été impliqués au sein du processus de mise en place du projet. L’une des principales conclusions de cette recherche confirme toute la difficulté d’assurer l’appropriation d’un projet devant être administré localement mais dont les orientations sont établies par un acteur externe au territoire. Le processus de mise en place ayant débuté il y a plus de 10 ans, la lourdeur et la lenteur de la démarche, notamment attribuables aux exigences du ministère, jouent d’ailleurs fortement sur l’appropriation du projet par les acteurs locaux. -- Mot(s) clé(s) en français : paysage humanisé, appropriation, acceptabilité sociale, aire protégée, participation, rapport au lieu, développement local. -- ABSTRACT: Over the last decades, a global trend has been on the rise, which seeks to harmonize environmental protection requirements and local community development. It has turned the page on traditional land banking, which typically excludes local populations. In 2002, Quebec implemented the Natural Heritage Conservation Act, providing a new protected zone status which is the only one of its kind in the Quebec territory: a humanized landscape. The Estran was one of the first regions in Quebec to dive into the process of obtaining this new status. In fact, in 2005, the region obtained the first pilot project status in Quebec. Intended as a social project created by and for local communities, the humanized landscape, which is managed by municipal authorities, relies on social acceptability by the population when implemented. This project therefore seeks to determine whether the Estran project truly does involve this social acceptability. As part of this memoir, the concept of social acceptability, which is often not a consensus, is analyzed under the guise of appropriation. Two distinct kinds of appropriation exist: operational appropriation and perceptual appropriation. Two notions are linked to this concept, which are the focus of this memoir; namely, participation and sense of place. As a consequence, we question whether or not these two elements can influence, either positively or negatively, the appropriation of this initiative in local communities. To find the answers, a case study was carried out in Estran, to bring together different local players involved in the process of implementing the project. One of the main conclusions of this study is the difficulty of ensuring appropriation in what should be a locally-administered project, but whose guidelines are established by a local external player. Certain factors have a major impact on the appropriation of the project by local players, such as the fact that the project began 10 years ago, and that it is both complicated and lengthy (primarily due the ministry’s requirements). -- Mot(s) clé(s) en anglais : humanized landscape, appropriation, social acceptability, protected zone, participation, sense of place, local development.

Type de document: Thèse ou Mémoire (Mémoire)
Directeur de mémoire/thèse: Fortin, Marie-José
Informations complémentaires: Mémoire présenté dans le cadre du programme de maîtrise en développement régional en vue de l'obtention du grade de maître ès arts.
Mots-clés: Acceptabilite Social Sociale Initiative Local Locale Rural Developpement Aire Protegee Appropriation Communautaire Milieu Paysage Humanise Estran Gaspesie
Départements et unités départementales: Département sociétés, territoires et développement > Développement régional
Déposé par: DIUQAR UQAR
Date de dépôt: 06 oct. 2017 17:17
Dernière modification: 06 oct. 2017 17:17
URI: http://semaphore.uqar.ca/id/eprint/1283

Actions (Identification requise)

Dernière vérification avant le dépôt Dernière vérification avant le dépôt