Collections de documents électroniques
RECHERCHER

Créer, penser et aimer sans réserve : autoportrait d'une pratique radicale et recherche création en communauté

Boisvert, Suzanne (2016). Créer, penser et aimer sans réserve : autoportrait d'une pratique radicale et recherche création en communauté. Mémoire. Rimouski, Québec, Université du Québec à Rimouski, Département de psychosociologie et travail social, 257 p.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (5MB) | Prévisualisation

Résumé

RÉSUMÉ: Créer, penser et aimer sans réserve est une recherche impliquée, à la première personne du singulier, sur des aspects précis de ma pratique d’artiste. C’est aussi une recherche engagée, à la première personne du pluriel, dans mon projet d’art en communauté Nous les femmes qu’on ne sait pas voir, mon terrain d’expérimentation de 2009 à 2014. Ma pratique d’artiste remonte au début des années 1980. Au fil du temps, la remise en question de plus en plus radicale du rapport artiste-public, processus-oeuvre, m’avait amenée à mettre l’art au centre de la vie de tous les jours et à oeuvrer en communauté. J’ai voulu revisiter différents moments de ma trajectoire à la lumière du projet collectif pour comprendre ce qui m’empêche parfois de me sentir en lien et pour répondre à une question devenue obsédante : que faire quand le coeur me manque? En m’inspirant des approches autobiographique et praxéologique, j’ai voulu conscientiser les écarts entre mes convictions et ce qu’il m’arrive de faire dans certaines circonstances. Cette maîtrise témoigne d’une mise en action réflexive sur deux terrains qui se sont continuellement entrecroisés : celui de l’intime (le « je » autobiographique, introspectif) et celui du collectif (le « nous » de la recherche création en communauté), déployant ainsi une véritable danse entre la parole incarnée, ancrée dans l’expérience, l’écoute profonde et le partage d’une réflexion sur et dans l’action créatrice. Je raconte dans ce mémoire ce que ces nouvelles postures réflexives collaboratives ont créé en moi, dans l’oeuvre collective et dans la communauté. En somme, ma recherche porte sur les conditions de l’émancipation, posant la grande question, privée et politique, de l’équilibre créateur entre le processus identitaire, le sentiment profond d’altérité, le développement de la conscience individuelle et collective. Je m’interroge sur les conditions qui favorisent ou qui entravent la mobilité des postures et des rôles au sein d’un groupe de création, en me mettant personnellement sur la ligne de recherche; j’examine, après l’avoir expérimenté, comment il est possible de se déplacer, à l’intérieur de soi et dans la dynamique de groupe, afin de découvrir de nouvelles façons d’être, de faire, de penser et de créer; je raconte comment « réfléchir par l’art », l’expérience proposée dans Nous, les femmes qu’on ne sait pas voir, a été un révélateur, un déclencheur, pour moi et pour les femmes avec qui j’ai oeuvré. -- Mot(s) clé(s) en français : art en communauté – art relationnel – création émancipatrice – récit autobiographique – récit de pratique – posture réflexive – altérité radicale – approche spirituelle de la transformation sociale. -- ABSTRACT: Créer, penser et aimer sans réserve is an embodied first-person investigation into some specific aspects of my art practice. It is also an engaged, first-person plural research on Nous les femmes qu’on ne sait pas voir, an art-in-community project which has been my experimentation ground from 2009 to 2014. My art practice began in the early 1980s. Over time, questioning always more radically the artist-public rapport, and the process-product relationship, has brought me to put art at the centre of everyday life and to work in community. I wanted to revisit different moments of my personal trajectory, in the light of that collective project, in order to understand what sometimes prevents me from feeling connected, and to answer a tormenting question: what to do when my heart fails? Inspired by autobiographical and praxeological approaches, I wanted to become aware of the discrepancies between my beliefs and what I end up doing in certain circumstances. This masters thesis shows the actualization of reflective action on two terrains that have continually intersected: the intimate (the autobiographical, introspective “I”) and the collective (the “we” in this research-creation in community), literally dancing between embodied speech, rooted in experience, deep listening and the sharing of reflection on and within creative action. In this thesis, I recount what these new reflective and collaborative stances have made possible for me, and for the collective work I do in the community. This research, in sum, addresses the conditions for emancipation, posing the huge question, both personal and political, of the creative balance between identity construction, a deep sense of the other, and the development of individual and collective awareness. I question which conditions favour or hinder shifting stances and roles in a creation group, placing myself personally in the research. I examine, in an experiential way how it is possible to move, within myself and within the dynamics of a group, to find new ways of being, of doing, of thinking, and of creating. I recount how “thinking artistically,” which was the experience manifested by Nous, les femmes qu’on ne sait pas voir, has been a revealer, an activator, for myself and for the women with whom I have worked. -- Mot(s) clé(s) en anglais : art in community – relational art – emancipatory creation – autobiographical narrative – practice narrative – reflective stance – radical otherness – spirituality and social change.

Type de document: Thèse ou Mémoire (Mémoire)
Directeur de mémoire/thèse: Boutet, Danielle
Informations complémentaires: Mémoire présenté dans le cadre du programme de maîtrise en étude des pratiques psychosociales en vue de l'obtention du grade de maître ès arts.
Mots-clés: Art Communaute Communautaire Emanciaption Creation Femme Vieillissement Aterite Transformation Social Histoire Vie
Départements et unités départementales: Département de psychosociologie et travail social > Psychosociologie
Déposé par: DIUQAR UQAR
Date de dépôt: 24 oct. 2016 13:19
Dernière modification: 09 mars 2017 14:41
URI: http://semaphore.uqar.ca/id/eprint/1075

Actions (Identification requise)

Dernière vérification avant le dépôt Dernière vérification avant le dépôt